À peine 1% des bénéficiaires du crédit Fogarim ont du mal à rembourser leurs mensualités

À peine 1% des bénéficiaires du crédit Fogarim ont du mal à rembourser leurs mensualités

Au lundi 25 août, le nombre de bénéficiaires du Fonds de garantie pour les revenus irréguliers et modestes (Fogarim) a atteint 40.012 ménages. Depuis son lancement en 2004, ce programme a profité ainsi à plus de 200.000 Marocains pour un total de 5,807 milliards de dirhams. En comparaison avec la même date de l’année précédente, le nombre de bénéficiaires du Fogarim a marqué une hausse de 15 % en une année. Au mois de juillet dernier, un pic a été enregistré avec 1821 dossiers agréés pour un montant de crédits de 244,02 millions de dirhams. Sur ces 40.012 ménages qui ont acquis leurs logements dans le cadre de ce programme, un peu plus de 1% avaient du mal à payer leurs mensualités. «Les pauvres payent mieux leurs crédits. Sur ces 40.000 dossiers, il y a seulement près de 400 à 500 dossiers qui sont en souffrance», assure Taoufiq Hejira, ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de l’Aménagement de l’espace. À la Caisse centrale de garantie (CCG), ce sont 250 demandes de mise en jeu de la garantie qui ont été déposées par les banques depuis le lancement de ce programme en 2004. «Parmi ces 250 demandes de mise en jeu de la garantie, la CCG a dû payer une cinquantaine de dossiers. Pour les autres, les bénéficiaires sont arrivés après quelques mois à régulariser leur situation», explique-t-on à la CCG.  En effet, le Fogarim est dédié, comme son nom l’indique, particulièrement aux ménages à revenus irréguliers et modestes. Le coût d’acquisition ou de construction doit être inférieur ou égal à 200.000 dirhams et la mensualité ne doit pas excéder 1.500 dirhams. Pour la garantie, la couverture est à hauteur de 70% du remboursement du prêt accordé par l’établissement de crédit, majoré des intérêts normaux et de retard. Le risque relatif aux 30% restants est supporté par l’établissement de crédit. Ces ménages qui ont bénéficié du Fogarim sont en majorité installés dans la métropole. Selon les toutes récentes statistiques de la Caisse centrale de garantie, 41 % des bénéficiaires du Fogarim sont établis à Casablanca, devançant de loin la ville de Fès avec 11% et  Meknès avec seulement 6 %. «Le Fogarim continue de susciter l’intérêt des principales banques de la place. Le CIH vient en tête, suivi du groupe Banques populaires, de la BMCE, d’Attijariwafa bank, de la SGM, du Crédit du Maroc, de la BMCI et du Crédit Agricole du Maroc», souligne-t-on à la CCG.
Selon la même source, la tendance baissière du taux d’intérêt des crédits Fogarim se confirme en 2008. Ainsi, le taux d’intérêt moyen est passé de 6,79% en 2006 à 5,32 % en 2007 et 5,01 % en 2008, selon les responsables de la Caisse centrale de garantie. «Contrairement aux subventions, un Fonds de garantie offre un effet de levier important puisqu’il permet d’engager, dans le cas du Fogarim, jusqu’à 8 fois les disponibilités du Fonds, ce qui multiplie l’effet en termes de bénéficiaires et de volume de crédits», selon la même source.  «Pour la fin de cette année, nous tablons sur 50.000 dossiers traités dans le cadre de ce Fonds. D’ici là, le Fogarim bénéficiera de la relance du programme Villes sans bidonvilles. Vous savez, ce Fonds est ouvert également aux personnes voulant faire de l’auto-construction», souligne le ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de l’Aménagement de l’sspace.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *