Abdelhadi Khairat : «Abdelouahed Radi sera reconduit»

Abdelhadi Khairat : «Abdelouahed Radi sera reconduit»

ALM : Quelle est votre réaction quant à la décision du parti de l’Istiqlal de présenter un candidat pour la présidence de la première Chambre ?
Abdelhadi Khairat : Cette décision, il fallait s’y attendre. Mais ce que je peux vous dire, c’est que nous n’allons pas tenir compte de l’attitude de l’Istiqlal. Cette élection nous allons y aller. Et M. Abdelouahed Radi va l’emporter haut la main. Et tous ceux qui veulent nous défier seront battus.
L’Istiqlal compris. Nous sommes sûrs de notre victoire. Et nous nous sommes suffisamment, et depuis bien longtemps, préparés pour la garantir. Maintenant, et partant de cet état de fait, je ne vois pas d’inconvénient à ce que l’Istiqlal présente son candidat. Et je peux d’ores et déjà vous annoncer que le jour où ils viendront s’excuser, ils seront écoutés et pardonnés et tout ira comme avant.

Cette affirmation, signifie-t-elle qu’il n’y aura pas d’éclatement de la majorité après cette élection ?
Cette éventualité est totalement écartée. Eclatement il y aura bel et bien, mais uniquement dans la tête de ceux qui ont cru un jour pouvoir nous battre sur un terrain que nous connaissons très bien. N’hésitant pas en cela à user de toute leur intelligence. S’alarmer reste totalement inutile, dans la mesure où ce retournement de situation, dont l’Istiqlal croyait tirer un quelconque profit, ne servira à rien, si ce n’est à le discréditer. Quant à nous, nous savons pertinemment dans quel environnement politique nous évoluons, et avec quelles formations il faut, ou il ne faut pas, compter.

Qu’en est-il de l’accord conclu entre l’USFP et le Premier ministre, et selon lequel M. Radi devait rester à la tête de la Première Chambre jusqu’à la fin de la législature ?
Cet accord a bel et bien été conclu. Et non seulement entre l’USFP et le Premier ministre, mais aussi entre le parti et S.M le Roi. Maintenant, que l’Istiqlal vient nous  dire qu’il ne les engage en rien, soit.
Nous allons faire comme s’ il n’y avait pas cet accord. Dans nos têtes, les accords du passé appartiennent désormais au passé. L’USFP est tournée vers l’avenir. Mais abstraction faite de cet accord, et du peu de cas dont certains en font, M. Radi vaincra. Et tout continuera le plus normalement du monde.  

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *