Abdelhamid Amine : «La décision de notre expulsion n’est pas légale car elle ne porte ni nom ni signature»

Abdelhamid Amine : «La décision de notre expulsion n’est pas légale car elle ne porte ni nom ni signature»


ALM : Quelle a été votre réaction après l’annonce de votre exclusion de toutes les instances de l’UMT ?
Abdelhamid Amine : Nous estimons qu’il s’agit d’une décision arbitraire sans aucun fondement juridique. Je dirais également que c’est une mesure lâche dans la mesure où l’exclusion d’un membre du secrétariat national démocratiquement élu dans le cadre du congrès n’est pas du ressort d’un conseil de la discipline. C’est plutôt une prérogative de la commission administrative qui peut prendre en considération l’avis du conseil de la discipline. De même, la décision de notre expulsion n’est pas légale car elle ne porte ni nom ni signature.

Est-ce que vous pensez que votre exclusion est le résultat de votre confrontation avec le secrétaire général ?
Je pense que l’exclusion des quatre cadres du syndicat est le résultat d’un conflit qui s’est exacerbé entre les «bureaucratiques» au sein de l’UMT et les «démocrates» qui veulent bâtir un syndicat intègre. Nous constatons un réel retour en arrière en utilisant tous les moyens pour marginaliser les militants intègres du syndicat. C’est une première dans l’histoire de l’UMT. Le conseil de la discipline n’a jamais été utilisé pour exclure un dirigeant de la centrale même lorsque Mahjoub Benssedik était encore secrétaire général du syndicat.

Vous venez de diffuser un communiqué de protestation. Est-ce que vous avez prévu d’autres mesures de protestation surtout que l’on commence à dire que les sanctions visent surtout des cadres connus pour leurs affinités avec un parti de gauche?
Il faut tout d’abord souligner que nous assistons à une véritable fuite en avant de la part de la direction actuelle. Des informations circulent sur la volonté du secrétariat général de dissoudre le syndicat national des fonctionnaires dont je suis le secrétaire général.
Le syndicat du secteur agricole est également menacé de dissolution. Mais en dépit de toutes ces réactions, nous allons continuer d’une manière farouche à militer jusqu’à ce qu’on parvienne à normaliser les relations au sein de l’UMT. Il est vrai que les décisions du conseil de la discipline visent des cadres progressistes mais nous avons la certitude que tous les démocrates de notre syndicat sont aujourd’hui dans le viseur.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *