Abnégation jamais démentie

Abnégation jamais démentie

Comme dans tout combat pour la protection du pays et des citoyens, la lutte anti-terroriste menée par les forces de la police nationale ne s’est pas faite sans entraîner des martyrs.
Des agents, qui dans l’exercice de leur devoir de chasser le danger, ont payé de leur vie; une lutte continue contre l’obscurantisme extrémiste qui n’hésite pas à user de tous les moyens, allant jusqu’au meurtre, pour semer la terreur. C’est ainsi que, fait rare au Maroc, pas moins d’une douzaine d’agents appartenant à la sûreté nationale, se sont sacrifiés pour défendre leur patrie. Certains d’entre eux sont morts. D’autres plus au moins grièvement blessés.
Le dernier cas en date a été enregistré, récemment, quand des membres de la police nationale ont fait irruption dans une demeure qui faisait office de « planque » pour des membres de la Salafiya Jihadia qui n’ont pas hésité à brandir des armes blanches, blessant au passage l’agent précité par un coup d’épée à la tête. Une opération qui en rappelle une autre, celle menée à Meknès fin janvier, et où le policier Khalid El Mansouri a été tué lors d’une opération conjointe de la police et de la Gendarmerie à Douar Aïn Lahjar (province de Moulay Yaâcoub) et Douar Aïn Chebbik (Borj Moulay Omar), contre une bande criminelle. De même, deux gendarmes et deux éléments de la police ont été blessés, alors que le dénommé El Hanouichi, un individu dangereux, qu’ils étaient venus arrêter, a pu prendre la fuite. Ces opérations simultanées ont débouché sur le démantèlement d’une bande criminelle, dont 35 membres ont été arrêtés.
Au nombre des personnes arrêtées au terme de ces opérations, figurait le dénommé Mohcine Bouarfa, recherché pour meurtre de deux agents auxiliaires d’autorité et soupçonné de l’assassinat d’un gendarme. Une perquisition au domicile d’El Hanouichi a permis de découvrir l’uniforme de ce gendarme. Au cours de ces opérations, les éléments de la Sûreté nationale et de la Gendarmerie royale ont saisi une importante quantité d’explosifs, plusieurs détonateurs électriques, des menottes, des cagoules, des armes à feu, un important lot de machettes et autres épées ainsi qu’une unité informatique complète pour la falsification de documents et de billets de banque.
Autre opération, autre martyr : celle de Sidi Moumen à Casablanca où un agent de sécurité a également été tué au cours d’une irruption dans une maison abritant des terroristes. Une opération où un autre agent a été grièvement blessé. Une véritable guerre contre le terrorisme donc, avec de vaillants policiers aux-avant postes d’une lutte qui n’est pas près de s’éteindre. La sécurité est une guerre d’éternité. Une guerre pour un Maroc où l’herbe qui pousse extrémiste est coupée à la racine.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *