Accidents : la guerre civile continue

SM le Roi Mohammed VI est au chevet des victimes des accidents de la circulation. Immédiatement après les deux accidents de circulation survenus vendredi près de Ouazzane et samedi dans la province de Guelmim, le Souverain a donné ses hautes instructions pour venir en aide aux victimes. Le premier accident a fait deux morts, deux blessés graves, et une dizaine de blessés légers. Le second, lui, est plus grave puisqu’il a fait quatre morts et 23 blessés, dont 4 grièvement.
Une prise en charge médicale de la totalité des blessés est assurée ainsi que le transport des cas graves à l’hôpital Mohammed V de Rabat. Les instructions du Souverain portent également sur la prise en charge de la totalité des frais inhérents à l’inhumation des personnes décédées.
Le Souverain a, par ailleurs, adressé un message de condoléances et de soutien aux familles des victimes. Dans ce message, SM Mohammed VI exprime ses sincères condoléances et sa profonde compassion aux familles des personnes décédées implorant le Très-Haut de les accueillir en Sa Sainte Miséricorde et d’apporter patience et réconfort à leurs proches.
Un autre message royal a été adressé aux blessés. Le Souverain y exprime sa compassion et son soutien aux blessés ainsi que ses souhaits de prompt rétablissement.
Ce n’est pas la première fois que le Souverain entoure de sa sollicitude les victimes des accidents de la circulation.
Nos routes se sont, en effet, transformées en un véritable champ de bataille. Il n’y a pas d’autres mots pour qualifier l’hécatombe qui endeuille des centaines de familles. Malgré la volonté nationale de veiller à la prévention des accidents de la circulation, ces derniers ne connaissent pas de répit. Les statistiques du ministère de l’Equipement et du Transport pour l’an 2005 n’affichent qu’une toute petite baisse des accidents de la circulation : 0,25%.  En chiffres, cela donne un total de 51.559 accidents, tandis que l’année d’avant (2004), le Maroc en avait enregistré 51.687. D’après la même source, le nombre des blessés a marqué une nette diminution de -11,37% allant de 13.579 à 12.035. Légère baisse également au niveau des blessés légers avec un taux de –2,02% (de 66.571 à 65.229).
Pour ce qui est du nombre de personnes ayant trouvé la mort dans des accidents de la circulation, les statistiques indiquent une baisse de 7,11% enregistrée en 2005 (de 3617 à 3849).  Des chiffres qui restent en deçà des espérances, car nos routes sont meurtrières. Comment faut-il agir, alors que les campagnes de prévention ne débouchent pas sur les résultats escomptés ?
A l’Association marocaine de lutte contre l’insécurité routière, chaque accident dévoile des failles que l’on aurait pu combler en renforçant la vigilance. Rédouane Himdi, président de cette association, estime
que l’accentuation de l’hécatombe routière nécessite des démarches concrètes et, surtout, un contrôle et un suivi : «Pourquoi ne pas imposer chaque matin un contrôle technique à tous ces bus et autocars avant leur mise en fonction ? Cette mission pourrait être confiée par exemple à une commission spéciale qui effectuera son contrôle sans en aviser, bien entendu, les concernés. Ainsi, l’état des véhicules qui circulent chaque jour sera-t-il conforme aux règles de sécurité». 
Sur la liste des mesures préventives, l’Association marocaine de lutte contre l’insécurité routière pense qu’en mobilisant les ONG, la prévention peut réellement apporter ses fruits. Elle propose, de ce fait, que les associations opérant dans ce domaine au Maroc (une quinzaine) soient réunies en un seul organisme. «Ce sera une Fédération nationale de lutte contre les accidents de circulation. Elle aura pour objectif d’étudier de près ce problème, de prendre en compte les rapports des experts et d’agir par un plan d’action sur le terrain», indique M. Himdi.
Oui, mais d’ici là, il faudra penser également aux moyens grâce auxquels cette prévention pourra vraiment s’appliquer. Les nouvelles technologies de l’information et de la communication seront d’une grande utilité, à en croire M. Himdi qui rêve de voir un jour les voitures de police de la circulation dotées d’ordinateurs : «Les agents disposeront d’une base de données connectée à Internet ce qui facilitera leur recherche des récidivistes en matière de violation des dispositions du code de la route.»
Il est vrai que dans l’état actuel des choses, il est difficile de s’attendre à ce que les campagnes de sensibilisation débouchent sur les résultats escomptés. Il faudra donc passer par un durcissement des lois et par la moralisation des pratiques de ceux qui ont la charge de les faire respecter.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *