Activistes à Laâyoune : Madrid appelle ses ressortissants à respecter la loi en vigueur

Le ministère espagnol des Affaires étrangères a indiqué, lundi 30 août, dans un communiqué, que le gouvernement espagnol, tout en étant engagé dans la défense des droits de ses ressortissants à l’étranger, réitère la nécessité de respecter la loi en vigueur, suite à l’interpellation de quatorze activistes espagnols, samedi 28 août, à Laâyoune. La même source note que le ministre espagnol des Affaires étrangères, Miguel Angel Moratinos, a maintenu, dans ce cadre, des contacts avec son homologue marocain, Taïeb Fassi Fihri. De même, le secrétaire d’Etat espagnol aux Affaires étrangères et Latino-américaines, Juan Pablo de Laiglesia, a eu un entretien téléphonique avec le secrétaire général du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération, Youssef Amrani, a ajouté la même source. Le communiqué souligne que le Maroc a indiqué que «les activistes espagnols ont participé à une manifestation illégale et non-autorisée au cours de laquelle des affrontements entre les manifestants et des citoyens marocains ont eu lieu». «Les autorités marocaines, ajoute le communiqué, ont souligné que l’intervention de la police marocaine avait pour objectif de mettre un terme à ces affrontements». L’affaire des quatorze Espagnols interpellés par la police à Laâyoune est ainsi close. C’est ce qu’a indiqué, mardi 31 août, Juan Pablo de Laiglesia, secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères. Dans une déclaration à la radio publique Radio nationale d’Espagne (RNE) citée par l’AFP, le numéro deux de la diplomatie espagnole a affirmé que l’Espagne a reçu des explications satisfaisantes du gouvernement marocain. «Les autorités marocaines nous ont donné des explications et nous jugeons qu’avec celles-ci l’affaire est close», a indiqué M. Pablo de Laiglesia. Le diplomate espagnol a précisé que les ressortissants espagnols arrêtés «ont participé à une manifestation illégale, non autorisée au cours de laquelle des altercations se sont produites». José Luis Rodriguez Zapatero, chef du gouvernement espagnol, avait fait part, lundi, de sa «préoccupation» et a demandé des informations au gouvernement marocain après l’interpellation durant quelques heures de ces ressortissants espagnols.  «Nous n’avons aucun élément pour accréditer l’opinion des militants», a estimé le secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères espagnol, ajoutant que «la première chose que la police marocaine a faite, fut d’accompagner les deux militants les plus touchés à l’hôpital avant qu’ils aillent témoigner au commissariat. Tout paraît indiquer que les altercations ont eu lieu lors de la manifestation où s’est apparemment produite une réaction d’un groupe opposé aux militants espagnols». L’Espagne confirme, ainsi, que la police à Laâyoune a agi conformément à la loi et à la réglementation en vigueur, contre les Espagnols arrêtés alors qu’ils manifestaient dans cette ville. Cet état de fait rejette les prétentions mensongères des médias du front séparatiste du Polisario évoquant «une répression brutale» et une «agression violente» à Laâyoune alors qu’il n’en est rien. L’affaire se rapporte, de l’aveu même de l’Etat espagnol ayant établi les faits, à une intervention contre une manifestation illégale et non autorisée. Pour les adversaires de l’intégrité du Royaume, il est toujours question d’exploiter tous les incidents ayant lieu particulièrement dans les provinces du Sud, afin de servir leur propagande et donner une fausse image du respect des droits de l’Homme dans le Sahara marocain.

Le PAM dénonce les actes «provocateurs et irresponsables» des quatorze ressortissants
espagnols à Laâyoune
Le Parti Authenticité et Modernité (PAM) a dénoncé vigoureusement les actes «provocateurs et irresponsables» d’un groupe d’Espagnols dans la ville de Laâyoune. Le bureau national du PAM a condamné, dans un communiqué, les agissements de ces ressortissants espagnols ayant heurté les sentiments des Marocains et leur unanimité indéfectible autour de la question de l’intégrité territoriale. «Ces actes fomentés interviennent à un moment où la voix du séparatisme est dans une phase de décrépitude, dans un contexte où les campagnes visant à saper le processus de négociations directes connaissent un échec cuisant, ainsi qu’à un moment où la crise des relations maroco-espagnoles est dépassée», a ajouté le communiqué. Le bureau national du PAM a appelé la classe politique espagnole à faire preuve de «prudence» et de «vigilance» face à cette situation, tout en prenant en considération les intérêts supérieurs des deux pays, les liens historiques et le voisinage, a souligné le communiqué, affirmant que les questions nationales ne doivent pas être traitées sur la base de calculs partisans étriqués, de slogans électoralistes populistes ou de démonstrations spectaculaires aux conséquences redoutables. Selon le communiqué, la persistance des éléments qui attisent la tension au nord du Maroc comme dans son Sahara, avec une couverture médiatique tendancieuse, loin de tout respect de la déontologie, est susceptible d’envenimer les relations d’amitié et de respect mutuel qui ont de tout temps lié les peuples marocain et espagnol. Après avoir salué la réaction spontanée des habitants de Laâyoune contre les agissements de ces ressortissants espagnols commis en totale violation des règles universelles, en leur qualité d’étrangers au sein d’un Etat souverain et unifié l’ayant accédé pour le tourisme, le bureau national du PAM a appelé les pouvoirs publics à faire preuve de plus de fermeté pour faire face à ces agissements conformément aux normes et règles en vigueur.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *