Affaire Luc Ferry : Le Maroc ordonne l’ouverture d’une enquête

Les propos de Luc Ferry ont suscité une vive réaction de l’autre côté de la Méditerranée. Après les plaintes contre X déposées par deux associations marocaines «Touche pas à mon enfant» et «Touche pas à mes enfants, c’est au tour du gouvernement marocain de réagir et d’exiger des explications dans cette affaire. Le Maroc a ordonné, mercredi 8 juin, l’ouverture d’une enquête suite aux déclarations de l’ancien ministre de l’Éducation nationale accusant un ex-ministre d’avoir eu des relations pédophiles au Maroc. Suite à cette affaire, Nouzha Skalli, la ministre marocaine du Développement social, de la Famille et de la solidarité a déclaré jeudi matin sur Europe 1 «Notre pays n’a aucune forme de complaisance à l’égard de ce que l’on pourrait appeler le tourisme sexuel. Les propos de Luc Ferry ont provoqué une vive émotion dans notre pays. Il est donc normal que le gouvernement ouvre une enquête. La justice va faire son travail». «Nous attendons les résultats de l’enquête et il n’y aura aucune tolérance à ce niveau», a-t-elle ajouté. Mercredi, la ministre avait indiqué à l’AFP que «Le procureur du roi de Marrakech a reçu une instruction du ministre de la Justice d’ouvrir une enquête approfondie ». Pour sa part, l’Association «Touche pas à mon enfant» s’est félicitée de la décision du gouvernement marocain d’ouvrir une enquête. L’ONG a porté plainte contre X, mercredi 8 juin, à Paris. Lors d’une conférence de presse tenue le même jour à Paris par l’ONG, Me Jean Chevais,l’ avocat de l’Association à Paris, a annoncé qu’une plainte a été déposée contre X pour «exploitation sexuelle de mineurs» et «non-dénonciation». «Nous avons rédigé une plainte qui a été déposée à Paris auprès du procureur adjoint. On nous a indiqué qu’elle allait être jointe à l’enquête préliminaire», a indiqué Me Jean Chevais. Pour l’avocat parisien de l’Association «Touche pas à mon enfant», Luc Ferry doit révéler l’identité du pédophile. «Il faut que la vérité éclate dans cette affaire. Luc Ferry en a trop dit ou pas assez. Pour l’instant, il en a plutôt pas dit assez», a justifié l’avocat parisien de « Touche pas à mon enfant », avant de s’adresser directement à l’ex-ministre de l’Education. «Je pense que vous en savez beaucoup plus que vous ne le dites et que vous n’avez pas lancé cette accusation à la légère. Il faut dire la vérité et toute la vérité», a-t-il lancé. Entendu le vendredi 3 juin comme témoin par la brigade de protection des mineurs de Paris, Luc Ferry aurait répété aux enquêteurs ce qu’il avait dit à la télévision et évoqué une enquête des Renseignements généraux qui aurait porté sur les agissements d’un ancien ministre soupçonné d’avoir eu des relations sexuelles avec des mineurs. L’ancien ministre de l’Éducation nationale a toutefois refusé d’avancer quelque nom que ce soit. L’ancien patron de la Direction centrale des RG pourrait à son tour être auditionné prochainement. Rappelons à ce sujet que lors de l’émission «Les Grandes Gueules» diffusée sur RMC les 27 novembre 2008 et 9 septembre 2009, Yves Bertrand avait reconnu avoir reçu une information émanant de deux magistrats faisant état de la pédophilie supposée d’un ministre dans les années 1980. A l’issue de l’enquête préliminaire, le procureur devra se prononcer et dire si les éléments sont suffisants pour renvoyer l’affaire devant un tribunal correctionnel ou pour saisir un juge d’instruction.
L’ancien ministre de l’Éducation nationale avait soulevé un véritable tollé en annonçant le lundi 30 juin sur le plateau du Grand journal de Canal+ qu’ «un ancien ministre s’est fait poisser à Marrakech dans une partouze avec des petits garçons». Luc Ferry avait assuré tenir l’information des plus hautes autorités de l’État en particulier par le Premier ministre. Cette affaire avait provoqué une véritable polémique et suscité de vives réactions au sein de la classe politique française. Les accusations de l’ancien ministre de l’Éducation nationale avaient été qualifiées par certains politiciens de «rumeurs» et «de non-dénonciation d’un crime».

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *