Affaire Nichane : trois ans de prison avec sursis pour le directeur et la journaliste

Le même tribunal a interdit le magazine de parution pour deux mois depuis le prononcement du verdict.
L’hebdomadaire arabophone avait consacré, dans son numéro du 9 au 15 décembre dernier, un dossier intitulé  »Blagues : comment les Marocains rient de la religion".

Les deux journalistes étaient également poursuivis pour  »publication et distribution d’écrits contraires à la morale et aux moeurs, et ce conformément aux articles 41, 59, 67 et 68 du code de la presse.

Dans son réquisitoire, lors de l’ouverture du procès, le 8 janvier à Casablanca, le ministère public a demandé la "condamnation des deux journalistes et l’interdiction de la publication de l’hebdomadaire ainsi que de l’exercice de la profession pour les deux journalistes", tout en rejetant de leur accorder les circonstances atténuantes.

La défense a, pour sa part, demandé leur acquittement pour  »bonne foi ».
La rédaction de l’hebdomadaire avait, dans un communiqué, précisé qu’il ne visait pas, à travers la publication de ce dossier, à  »heurter » les sentiments des lecteurs musulmans et réitéré ses vives excuses, tout en s’engageant à poursuivre son travail en tout professionnalisme et respect de ses lecteurs quelles que soient leur religion et leurs croyances.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *