Affaire Rosamor : Les familles des victimes de l’incendie se constituent partie civile dans le procès

Affaire Rosamor : Les familles des victimes de l’incendie se constituent partie civile dans le procès

Le 7 mai, à 13h, la salle 8 du tribunal de première instance de Casablanca, était archi-comble. Etaient présents à cette audience, les familles des victimes et des blessés ainsi que leurs avocats, certains rescapés et leurs proche, de l’incendie qui s’était déclaré le samedi 29 avril à l’usine de matelas, Rosamor à Lissasfa. Etaient également présents à cette audience, les proches des accusés, propriétaires de l’usine Rosamor. «Nous remercions Dieu de nous avoir sauvé la vie. Chacun de nous a perdu un parent à lui. Nous sommes tristes pour toutes ces personnes mortes calcinées, prisonnières des flammes. Personne ne mérite un tel sort. Nous avons vécu une tragédie qui nous marquera à jamais», déclare l’un des rescapés de l’incendie. Le report de l’examen de l’affaire de l’incendie de l’usine «Rosamor»  a été décidé suite à une requête des avocats des familles des victimes, demandant de consulter en profondeur le dossier de cette affaire, lourde en pertes humaines. «Nous avons créé un comité chargé d’enquêter sur les causes qui ont déclenché l’incendie, ayant engendré la mort de 55 ouvriers et plus d’une douzaine de blessés. Nous effectuerons des rencontres de travail avec les autorités locales, l’inspection du travail, la protection civile, la morgue et les responsables de la communauté urbaine de Lissasfa, dans le but de dresser un rapport sur les causes de l’incendie», explique à ALM, Me Saïd Benhammani, coordonnateur du comité national de solidarité avec les victimes de l’incendie de l’usine de matelas Rosamor.
Le propriétaire de la société «Rosamor » et son fils, gérant de ladite société, sont poursuivis pour «absence des conditions et des équipements de sécurité nécessaires à la préservation de la vie des salariés, homicide et blessures involontaires et non-assistance à personnes en danger».
Une troisième personne est également poursuivie dans ce procès «pour incendie involontaire de biens immobiliers et biens meubles causant la mort de plus d’une personne et blessant d’autres».
Un communiqué du Parquet général avait précisé que les investigations menées par la police judiciaire ont montré que l’incendie est dû à un mégot jeté inconsciemment, au milieu des produits inflammables.
La même source avait indiqué que le grand nombre de victimes de ce sinistre s’explique par un ensemble de violations des dispositions des codes du travail et de l’urbanisme, dont sont responsables le propriétaire et le gérant de la société.
Les avocats de la défense sont au nombre de vingt personnes. Rappelant qu’un comité de solidarité et de défense des victimes, regroupant des avocats, des médecins et des  militants pour les droits humains, a été créé le 26 avril. «Suite à l’initiative de l’Association marocaine des droits de l’Homme, le comité de solidarité et de défense des victimes de l’incendie du 26 avril, a été créé. Nous nous sommes dépêchés sur les lieux de la tragédie pour rencontrer les familles des victimes», déclare Me Benhammani. Et d’ajouter : «Le 29 avril, nous avons diffusé un communiqué qui résume nos objectifs. Il s’agit de soutenir les familles des victimes, de lancer un appel à une enquête transparente et approfondie sur les causes de ce sinistre. Nous avons également créé un comité de défense des ayants droit des victimes et des blessés de l’incendie. Un autre comité regroupant une dizaine de médecins souhaitant offrir un soutien psychique et physique , aux familles des victimes, aux blessés ainsi qu’aux rescapés, a été créé»,  Les avocats de la défense n’ont reçu à ce jour , que  40 dossiers des familles des victimes. Le comité national de solidarité avec les victimes de l’incendie de l’usine Rosamor, organise dimanche 11 mai à Casablanca, une rencontre avec les familles des victimes et des blessés afin de leur expliquer les procédures à suivre pour finaliser leurs dossiers.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *