Algérie : affrontements entre policiers et manifestants à Oran

Plusieurs familles du quartier les Planteurs, qui se sont opposées à une opération de démolition d’habitations précaires, en prélude à leur relogement ailleurs, ont refusé de quitter leurs maisons. Les jeunes du quartier ont pris positions sur les toits des maisons et commencé à jeter sur les forces de l’ordre des projectiles de toutes sortes après avoir dressé des barricades dans les ruelles .

Le quartier a été bouclé suite à un vaste déploiement des forces de l’ordre qui ont arrêtés une vingtaine de personnes, est-il précisé de mêmes sources.

Deux policiers ont été blessés et une dizaines de femmes âgées ont du être évacuées après s’être évanouies. Nombre de protestataires se disent indignés de n’avoir pas été retenus dans la liste des attributaires de nouveaux logements.

D’autres familles refusent de réceptionner des habitats exigus, alors qu’elle disent compter jusqu’à neuf membres. Le malaise social vécu par la jeunesse algérienne, notamment celle des quartiers marginalisés, se manifeste épisodiquement par des mouvements de protestation sous divers motifs.

La commune d’El Kseur (wilaya de Borj Bouaririj- 220 km à l’est d’Alger) a été secouée lundi par de violents affrontements entre les habitants de la localité et les forces de l’ordre, sur fond de contestation du site choisi pour la construction d’un lycée, jugé éloigné de leur village.

Le litige avec le président de la commune avait conduit à la fermeture par les protestataires du siège de l’assemblée populaire communale durant six mois et au boycott des cours au Lycée. L’intervention lundi des forces de la gendarmerie algérienne pour ouvrir le siège de la commune a donné lieu à des affrontements qui ont fait des blessés des deux côtés . Plusieurs véhicules du parc communal ont été incendiés. Six interpellations ont eu lieu parmi les émeutiers, principalement des lycéens.

Il est à signaler par ailleurs que la justice a condamné hier à trois mois de prison avec sursis, 13 manifestants, arrêtés après des émeutes survenus dimanche dans la ville de Hachem ( wilaya de Mascara- 360 km à l’ouest d’Alger), en protestation contre une décision de la compagnie de distribution d’électricité et de gaz ( Sonelgaz) qu’ils considèrent pénalisante pour l’approvisionnement de leur commune.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *