Algérie : membres d’un réseau de soutien aux groupes armés arrêtés

Les trois personnes, âgées de 30 à 55 ans, ont été déférées dimanche devant le parquet de Lakhdaria pour "appartenance et adhésion à un groupe armé, soutien et appui à un groupe terroriste et non dénonciation", précise la radio.

Huit personnes membres d’un réseau de soutien aux groupes armés qui serait impliqué dans les attentats à la voiture piégée, perpétrés le 13 février dernier en Kabylie (à l’est d’Alger), avaient été arrêtées, samedi et placées sous mandat de dépôt par la justice, annonçait dimanche la police algérienne.

Ces personnes sont accusées d’"adhésion à un groupe terroriste, participation à la fabrication d’engins explosifs, assassinat et tentative d’assassinat, et de destruction volontaire d’édifices publics".

Les sept attentats à la voiture piégée, visant des commissariats et des brigades de gendarmerie à Boumerdès (50 km à l’est d’Alger) et Tizi Ouzou (103 km à l’est de la capitale) avaient fait officiellement 6 morts et 13 blessés.

Ces attentats ont été revendiqués par le Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC) qui a fait allégeance le 11 septembre dernier à Al Qaida.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *