Amalgame entre intérêt politique et économique

Sans tomber dans la paranoïa véhiculée par la presse espagnole, il faut s’attendre à ce que la crise diplomatique entre le Maroc et l’Espagne ait des répercussions sur l’avenir de leur coopération dans le domaine économique. Du moins, pour un moment. De là à dire, que les investissements des entreprises ibériques ont chuté de 90 % depuis le début des frictions, comme l’a écrit un hebdomadaire espagnol, cela relève de la pure surenchère. Pour le moment, il est difficile d’avancer une évaluation précise sur les retombées de cette crise sur le plan du partenariat commercial. Ce chantier a d’ailleurs dominé la visite Royale en Espagne entamée en septembre 2000. Deux accords ont été signés. Ils portent sur la conversion d’un montant de 40 millions de dollars de la dette en investissements privés et 50 millions de dollars accordés dans des projets de développement des régions du Nord. Si l’Espagne défend depuis deux ans la position de leader en matière d’investissements étrangers au Maroc, son gouvernement cherche-t-il à ignorer cette donnée fondamentale ? La question s’impose d’elle-même au regard des positions officielles espagnoles sur des dossiers prioritaires pour le Maroc. Que ce soit la pêche ou l’immigration clandestine, les interlocuteurs espagnols ne font que compliquer davantage la situation. Ces positions n’influencent pas la politique des entreprises espagnoles : celles-ci à l’image de Téléfonica (actionnaire de référence de Méditélécom), ou encore l’implication de l’opérateur électrique Endesa dans le projet de la première centrale de Tahaddart, chercheraient plutôt à consolider leurs présence sur le marché marocain. L’attitude du gouvernement espagnol laisse circonspect plus d’un observateur. Au lieu de baliser le terrain à l’extension commerciale de ses ressortissants au Maroc, bien au contraire, c’est à une opération de «sappe» qu’on assiste.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *