AMO : le gouvernement aux petits soins

AMO : le gouvernement aux petits soins

L’année 2006 sera bel et bien celle de l’Assurance maladie obligatoire. Tant attendue, la célèbre AMO promet une couverture médicale en bonne et due forme à plus de Marocaines et de Marocains travaillant aussi bien dans le privé que dans le public. Si les opérations de prélèvements ont commencé depuis le dernier trimestre de l’année 2005, les bénéficiaires ne pourront par contre profiter de l’AMO qu’au début du mois de mars prochain. Et c’est à cette date que les premières demandes formulées par les bénéficiaires seront remboursées. En effet, une période de six mois a été fixée par la CNSS (Caisse nationale des œuvres de prévoyance sociale) pour constituer des réserves avant le début des remboursements. Autrement dit, seules les consultations effectuées à partir du 1er mars 2006 seront concernées par ce système.
L’AMO est un projet ambitieux. Et c’est pour cette raison-là qu’une agence a été créée spécialement pour suivre de très près ce dossier. L’Agence nationale de l’assurance maladie (ANAM) est une instance chargée de la régulation de l’AMO. Dirigée par Chakib Tazi, cette instance s’occupe aussi du Régime d’assistance médicale (RAMED) pour les plus démunis.
En effet, la mise en œuvre de l’AMO dans le secteur public permet d’étendre la couverture à quelque 216.000 nouveaux bénéficiaires, dont 78.000 retraités, soit au total 700.000 bénéficiaires dans ce secteur. Ainsi, la couverture bénéficiera à près de 3.200.000 personnes qui sont d’ailleurs le nombre global des bénéficiaires des prestations de la Caisse nationale des organismes de prévoyance sociale (CNOPS). Le RAMED, quant à lui, compte couvrir entre 12 et 15 millions de personnes à revenus limités. L’arrivée de 2006 marque donc un nouveau pas dans la généralisation de la couverture médicale au Maroc.
Les dispositifs relatifs à ce dossier sont sur les rails. Pour les fonctionnaires, les prélèvements ont été entamés depuis le mois d’octobre 2005. En effet, le régime de prélèvement pour le compte de l’AMO touche près de 102 000 pensionnés anciens mutualistes et 102 000 autres pensionnés non couverts par la mutuelle. Le taux de prélèvement est de 2,5 % de la pension mensuelle brute tandis que la cotisation oscille entre 70 DH et 400 DH. À cet effet, la CMR (Caisse marocaine des retraites) retiendra aux anciens pensionnés mutualistes 0,5 % supplémentaires contre 2,5 % pour les nouveaux mutualistes. Par ailleurs, la publication au bulletin officiel des décrets d’application du régime de l’AMO, concernant à la fois les employés, les salariés et les pensionnés (privé et public) a été éditée le 18 août 2005. Depuis l’été, les choses ont nettement évolué.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *