Annahj Addimocrati : Abdellah Harrif menace de recourir à l’extrémisme pour faire valoir ses idées

Annahj Addimocrati : Abdellah Harrif menace de recourir à l’extrémisme pour faire valoir ses idées

Le secrétaire général du parti Annahj Addimocrati, Abdellah Harrif, a démenti, dans une déclaration à notre confrère arabophone Al Jarida Al Oula, que son parti ne reçoit aucun soutien financier de l’étranger. «Notre parti ne reçoit pas de soutien extérieur, et si c’était le cas, nous n’aurions pas reçu notre autorisation», a-t-il dit. M. Harrif répond ainsi aux déclarations de Mohamed Ahmed Bahi dans un entretien à ALM où il avait dénoncé les positions pro-polsariennes du parti Annahj. «La position du parti Annahj constitue une haute trahison envers la patrie. C’est un crime qui ne saurait rester impuni. Je demande à tous les acteurs de la société civile, à tous les dirigeants des partis politiques de porter plainte devant la justice pour obtenir la dissolution de ce parti», avait notamment déclaré M. Bahi dans l’entretien publié dans notre édition du 7 octobre 2008.
S’agissant de la demande de dissolution du parti que M.Bahi affirme avoir l’intention de présenter au Premier ministre, Abbas El Fassi, M. Harrif a déclaré à Al Jarida Al Oula qu’il espère que le chef du gouvernement marocain n’accédera pas à cette demande. «Je ne peux pas prévoir ce qui va se passer , mais j’espère que sa demande ne sera pas satisfaite car tout le monde connaît la manière avec laquelle fonctionne notre parti, Annahj Addimocrati, qui travaille dans des conditions normales comme toutes les formations politiques», a-t-il dit. Le secrétaire général d’Annahj précise toutefois que «si la situation continue ainsi, il est très probable que l’on se trouve amené à l’extrémisme et au radicalisme». Le patron d’Annahj Addimocrati affirme que sa formation est «un parti patriote qui défend les intérêts du peuple et des classes défavorisées» avant d’ajouter : «je ne permettrais à personne de mettre en doute mon patriotisme et celui de mon parti».
Il est à signaler que M.Mohamed Ahmed Bahi avait évoqué dans son entretien à ALM la lecture qui avait été donnée lors du congrès national d’Annahj à une lettre qui avait été adressée par le chef du Polisario, Mohamed Abdelaziz, aux congressistes les félicitant de leur position en faveur de l’autodétermination au Sahara. Ce qui constitue, selon M. Bahi, une «une injure pour les sentiments nationaux et vise à porter atteinte au consensus populaire sur la question du Sahara».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *