Antisémitisme : Le seuil de l’intolérable

Une séquence des infos de 19h30 de TSR (la télé suisse romande), dimanche 7 avril. « Je ne vous ai pas vu monsieur, jeune genevois, manifester votre solidarité avec les Israéliens tués dans un des nombreux attentats suicide perpétrés par les terroristes palestiniens… » La réplique du porte-parole du ministère des Affaires étrangères israélien aux propos tenus à partir du QG de Yasser Arafat, par un militant suisse, servant de bouclier humain, est glaciale. Elle est de marbre mais n’étonne guère du moment qu’Israël a fait son choix. Celui de la guerre totale contre les palestiniens et contre ce qui est appelé la légalité internationale.
Au fait, les propos du responsable israélien s’inscrivent dans cette même logique qui a fait embraser toute une région. Et tout en étant prompt à dire son désaccord avec des opérations suicide, on est tout aussi prompt à condamner des actes guerriers, livrés par une armée déchaînée, dont la seule consigne qu’elle a est de tuer massivement, massacrer tout ce qui n’est pas israélien. N’épargner ni les femmes enceintes, ni les enfants, ni les vieilles personnes. Et détruire tout moyen de survie, toute source de ravitaillement, tout abri…
Mais, le front le plus délicat demeure celui de la propagande et de cet épouvantail qu’on agite comme un chiffon rouge : le chantage à l’antisémitisme. On crie au scandale, à l’antisémitisme dès qu’une manifestation est organisée. Ou dès que quelqu’un ose critiquer l’Etat hébreu. Les faits peuvent parfois avoir des significations qu’ils ne sont pas sensés porter. Et les réactions à ce qui se passe en Palestine doivent faire la part des choses. D’ailleurs, les véritables militants pour la cause palestinienne ont toujours fait le distinguo entre juifs et sionistes. Ils considèrent la lutte contre Israël, non pas comme une négation de celui-ci, mais comme une lutte pour la reconnaissance du droit du peuple palestinien à vivre en paix. Les juifs, au même titre que les autres confessions et obédiences spirituelles, prennent part à ce combat. C’est dans cet état d’esprit que l’on ne peut pas admettre des actes dirigés contre des lieux de culte, juif ou chrétien, de la même manière qu’on ne peut accepter les actes visant des mosquées. Ce qui a touché certaines synagogues en France est purement inacceptable.
La dernière déclaration de Lionel Jospin qui appelle les Français à respecter l’aspect pluraliste et fraternel de la république est un signe de sagesse hautement symbolique. Mais de là à justifier ce qui se passe à Ramallah, Beit Lahm et dans maints endroits des territoires palestiniens occupés, il y a un fossé et une grossière tentative de manipulation qui ne trompe que ceux qui veulent se prêter à ce jeu mystificateur et inhumain.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *