Arnaque sans frontières…

Pour contourner les règlements et les procédures, certaines personnes n’hésitent pas à user de moyens frauduleux pour partir. Les cas de fraude pour obtenir le fameux visa sont très fréquents. Et la presse se fait constamment l’écho de plusieurs affaires d’escroquerie et d’arnaque liée à l’émigration clandestine. Dans la plupart des cas, il s’agit pratiquement toujours de la même histoire : un escroc fait croire à ses victimes volontiers crédules qu’il peut leur obtenir un visa ou un titre de séjour, moyennant une somme d’argent. Le plus souvent, assez conséquente. Les tarifs varient. Et dépendent généralement de la destination et de la durée du séjour. Entre 20.000 et 40.000 dirhams, selon le profil des candidats et la pertinence et l’efficacité présumée de l’escroc. Pour de nombreux candidats au « Hrig légal », les destinations les plus prisées sont l’Espagne, l’Italie ou la Belgique. Mais l’arnaque prend aussi d’autres formes. Certains escrocs ont fait de la production de faux papiers administratifs un véritable commerce. Ce qui a vu croître les phénomènes de création de sociétés-écrans ayant pour principale activité la falsification des documents administratifs.
Sans oublier les cas de fonctionnaires malhonnêtes qui profitent de leur situation dans les sociétés pour faire le commerce du faux. Faux et usages de faux qui vont jusqu’à l’émission de vraies-fausses invitations de sociétés étrangères… D’où la susceptibilité affichée des consulats européens qui ne cessent de multiplier et de diversifier les procédures d’obtention des visas pour contrer les cas de fraude. Comme l’immigration, l’arnaque liée à celle-ci n’a pas de frontière. Et même en Europe, il existe d’autres formes de fraude en vue de régulariser la situation juridique des clandestins. Là aussi, on retrouve les spécialistes de production de vrais-faux contrats de travail, des mariages « blanc », les épouses « fictives »,…Et la liste est longue. Mais l’arnaque à aussi sa face cruelle. Le trafic humain en destination de l’Europe mais aussi à l’intérieur même de certains pays comme la France vers la Grande-bretagne est une sombre réalité. Et les autorités européennes estiment que quelque 400.000 personnes entrent illégalement chaque année dans l’Union européenne. Une grande opportunité pour le crime organisé. Car, selon « l’Europool », les gangs font désormais autant d’argent avec le trafic humain qu’avec la contrebande de drogue. Incroyable, mais vrai !

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *