Attentat en Mauritanie : le ministre mauritanien de l’Intérieur salue l’efficacité de la police scientifique marocaine

Attentat en Mauritanie : le ministre mauritanien de l’Intérieur salue l’efficacité de la police scientifique marocaine

Dernière heure :

Le ministre mauritanien de l’Intérieur, M. Yall Zakaria Alassane a affirmé mercredi que l’attaque ayant coûté la vie lundi à quatre touristes français constitue un « acte terroriste ».
 Lors d’une rencontre avec les leaders des partis politiques, M. Alassane a fait état de « l’existence en Mauritanie de cellules terroristes endormies ».
Les membres de ces cellules, a précisé le ministre, « reçoivent des entraînements dans des pays et régions » qu’il n’a pas nommés, faisant apparemment allusion aux camps d’entraînement des membres d’Al Qaida en Afrique du nord, connue précédemment sous la nomination de groupe salafiste pour la prédication et le combat algérien (GSPC).
Les recherches sont en cours pour l’arrestation des trois auteurs de l’attaque qui ont fui vers le Sénégal, a souligné M. Alassane, saluant la coopération que son pays trouve auprès des pays voisins immédiats.
Dans ce cadre, le Maroc a fourni à la Mauritanie ""une équipe de spécialistes qui s’est brillamment acquitté de sa mission"", a noté le ministre, saluant également la coopération du Sénégal et du Mali dans les opérations de recherches.
Les auteurs de l’attaque suivaient les touristes depuis Nouakchott avant de perpétuer leur crime près de Aleg, a-t-il fait savoir, promettant de combattre avec détermination le terrorisme et les terroristes.

(MAP)


Opération réussie en Mauritanie d’une équipe d’experts marocains relevant de la police scientifique nationale, suite à l’attentat qui a coûté la vie, lundi dernier en Mauritanie, à quatre touristes français, blessant également un Français septuagénaire. L’expertise marocaine, soulignée hier par le procureur de la République mauritanienne, Mohamed Ould Bakar, et relayée par la presse française, a permis l’identification des auteurs de l’attentat terroriste, soit deux membres mauritaniens de la BAQMI (Branche Al Qaïda au Maghreb islamique, ancien Groupe salafiste pour la prédication et le combat, basé en Algérie). L’équipe marocaine, constituée de spécialistes dans les empreintes digitales, s’est rendue mardi dernier dans une localité près d’Aleg, à 250 km de Nouakchott, où l’attentat meurtrier a eu lieu. «Nous sommes sur l’enquête, nous avons avec nous des experts marocains», s’est félicité le procureur Ould Bakara, dans une déclaration à l’AFP, en ajoutant que le prélèvement des empreintes digitales effectué par les experts marocains sur la voiture abandonnée par les assaillants et le taxi qui les avait transportés a permis d’élucider les circonstances de l’attaque meurtrière. L’apport décisif des spécialistes marocains a permis également de mettre les autorités mauritaniennes sur les traces des auteurs de l’attentat, ainsi que de leurs complices. Les premiers éléments de l’enquête ont conduit les forces de sécurité mauritaniennes vers la frontière sénégalo-mauritanienne, précisément dans la ville mauritanienne de Boghé frontalière avec le Sénégal, où les auteurs du crime avaient réussi à prendre la fuite. Pendant ce temps, et alors que les enquêteurs étaient à pied d’œuvre à la frontière pour empêcher la fuite des terroristes vers le Sénégal, les services de sécurité mauritaniens ont procédé  à l’arrestation de plusieurs personnes en rapport avec cet attentat. «Cinq personnes au total sont interrogées présentement par les enquêteurs», a affirmé le procureur Ould Bakara, ajoutant que parmi les interpellés figure un couple marié, deux autres suspects arrêtés lundi et le chauffeur de taxi qui a déposé les assaillants à Boghé.
L’intervention efficace des experts marocains a eu pour résultat de démêler l’écheveau d’un attentat qui est loin d’être un fait divers, d’autant plus que les auteurs de l’attentat appartiennent à la branche maghrébine de l’hydre terroriste Al Qaïda, dont l’Algérie reste le noyau dur. Le leadership du Maroc en matière de lutte anti terroriste, et notamment son expérience dans la guerre préventive contre ce fléau, n’est pas passé inaperçu du côté d’Alger. Mardi dernier, le quotidien Al Watan a suggéré aux autorités algériennes de suivre l’exemple du Maroc en matière de prévention du terrorisme. Dans un dossier intitulé «Prendre l’exemple sur ces pays qui arrivent à prévenir la menace», le journal algérien considère que le Maroc a réussi à faire avorter plusieurs plans terroristes et à couper les vivres aux groupuscules sur son territoire. Le même journal en a voulu pour preuve l’excellent travail de renseignement et de filature de suspects, mené par les services de sécurité marocains qui sont parvenus à démanteler plusieurs cellules terroristes dans plusieurs villes du pays. C’est en effet ce travail qui a permis de faire capoter les attentats manqués survenus les 11 mars, 10 et 14 avril 2007 respectivement à Sidi Moumen, Hay El Farah et sur le boulevard Moulay Youssef, à Casablanca.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *