Baba Sayed épingle le Polisario

Baba Sayed épingle le Polisario

Les festivités programmées par le Polisario, le 27 février 2007 dans la zone de Tifarity, continuent de nourrir une polémique même au sein des séparatistes. Après Khat Achahid (Voie du Martyr, courant réformateur), c’est au tour d’un ex-haut responsable du Polisario de critiquer l’organisation d’onéreuses festivités et surtout de fustiger les propres contradictions de la direction des séparatistes. Dans une lettre à Mohamed Abdelaziz, intitulée "L’immense gâchis", Baba Sayed, l’un des frères du fondateur du Polisario (Elouali Sayed), dégage ce qu’il qualifie de "démarche incohérente" et de "caractère paradoxal" en évoquant les festivités prévues pour les célébrations du trente et unième anniversaire de la proclamation de la RASD. «Soit la direction du Front Polisario a les possibilités et les moyens de relever l’intolérable défi que lui lancent, depuis un certain temps, les autorités marocaines (…) et dans ce cas on ne voit pas pourquoi elle tient à alerter l’opinion internationale d’une imminente famine», écrit celui qui fut représentant du Polisario en France, au Canada et en Suisse. «Soit la menace de famine (…) est réelle et dans ce contexte parler d’éventuelles festivités est non seulement un acte vain», mais également une insulte aux populations des camps de Tindouf, argumente Baba Sayed. Ce dernier qualifie, dans ce dernier cas de figure, lesdites festivités de véritable provocation et appelle à abandonner une telle éventualité pour réserver les millions de dollars nécessaires à ces cérémonies aux populations. Dans les deux cas de figure avancés dans sa lettre, Baba Sayed tire à boulets rouges sur "l’incohérence de la démarche de la direction du Front Polisario et son caractère paradoxal (qui) sont saisissants".
La lettre de Baba Sayed, datée du 3 février 2007, évoque d’ailleurs de graves divergences au sein de la direction du Polisario quant à l’appréciation faite de l’offre marocaine d’une autonomie pour les régions du sud sous souveraineté du Royaume. Baba Sayed parle de risques d’"implosion de l’intérieur" sous l’effet de l’offre marocaine.
Ce n’est pas la première fois que Baba Sayed s’attaque à la direction du Polisario. Il lui est déjà arrivé, à maintes reprises, de critiquer, de manière ouverte, les pratiques de la bande de Mohamed Abdelaziz et surtout en ce qui concerne la gestion des affaires des camps de Tindouf. Ce sont d’ailleurs ces critiques qui l’ont poussé, vers la fin des années 1990, à demander l’asile politique au Canada où il était d’ailleurs représentant du Polisario. Il craignait à l’époque de subir les foudres de la direction du Polisario qui avaient coûté la vie, entre autres, à Fadil Ismaïl. Ce dernier, représentant du Polisario pour la Grande-Bretagne et l’Irlande, avait été assassiné dans sa résidence au moment où il était question de son retour au Maroc.
Outre le Canada, Baba Sayed a été en poste en France et en Suisse avant de s’installer en Norvège. Depuis plusieurs années, il ne prend plus part aux activités ou réunion de la direction du Polisario.
Il y a quelques jours, Khat Achahid a affirmé son opposition à toute forme de cérémonie déclarant que les dépenses nécessaires pour ces festivités devraient être destinées aux populations des camps de Tindouf. Pour sa part, Khelli Henna Ould Errachid, président du Corcas, a demandé une enquête internationale sur les détournements de l’aide humanitaire destinée, en principe, aux populations retenues dans les camps et qui finit sur les marchés de la région saharienne.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *