Benabdellah annonce des révisions douloureuses

Le secrétaire général du Parti du progrès et du socialisme (PPS) a présenté, samedi, devant la 8ème session ordinaire de son comité central un rapport incendiaire dans lequel il a jugé insuffisants l’implantation géographique et les résultats obtenus aux Législatives de novembre par sa formation politique. Il a déclaré qu’une série de mesures seront prises afin de pallier des insuffisances qui ne reflètent «ni le poids réel du PPS ni la qualité de la campagne en vue des élections». Il a évoqué l’éventualité de couper les aides aux sections qui ne font pas un plus large accueil aux nouvelles affiliations, en particulier aux jeunes et aux femmes. Mais surtout, il a laissé entrevoir la possibilité d’une révision des statuts du PPS. Nabil Benabdellah qui s’adressait à quelque 480 membres sur les 600 que compte le comité- selon la présidence de session- a particulièrement insisté sur la réorganisation des structures du parti, lesquelles ont été, selon lui, la cause des résultats en demi-teinte obtenus en novembre dernier. Il a cependant estimé que la mobilisation des militants ne doit pas faillir en vue de préparer les élections communales et régionales. Il a invité son parti à s’inscrire dans le projet de régionalisation avancée en concentrant ses efforts sur son implantation dans les régions. Celui qui gagne les élections communales est assuré de remporter les régionales et partant de s’adjuger le plus grand nombre de sièges à la Chambre des conseillers, a-t-il affirmé en invitant les organisations professionnelles et de jeunesse associées à faire preuve de plus de mordant dans «la propagation des paroles du parti du livre». Le secrétaire général du PPS a également estimé que la composition du gouvernement n’a pas rendu justice aux femmes. Après avoir qualifié d’erreur la quasi-absence de ces dernières dans le gouvernement, il a appelé à redresser ce tort en respectant le principe de parité au sein du groupe des ministres du PPS. Cette dernière déclaration a été jugée par certains délégués comme confortant implicitement de récentes rumeurs sur l’éventualité d’un remaniement ministériel à terme.
Benabdellah a également été très critique à l’encontre des «sorties médiatiques» qui au prétexte de lutte contre la corruption et l’économie de rente «en sapent au contraire les fondements». Ce n’est pas de saillies douteuses dont cette lutte a besoin, mais de réformes structurelles profondes, a-t-il déclaré en substance. Bien qu’il se se soit gardé de citer l’objet de ses critiques, les 480 délégués ont compris qu’il s’agissait de la liste des agréments du ministère du transport et certains n’ont pas hésité à qualifier cette mise à l’index de premier couac dans les rangs de l’équipe de Benkirane. La 8ème session du comité central du PPS a également été marquée par la présentation du rapport financier et du rapport politique inter-sessions ainsi que par une déclaration d’intention sur la refonte de la presse du parti.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *