Benabdellah appelle à revoir le mode de gouvernance des dépenses publiques

Benabdellah appelle à revoir le mode de gouvernance des dépenses publiques

L’annonce par le gouvernement de coupes budgétaires n’a pas laissé le Parti du progrès et du socialisme indifférent. Mercredi soir à Rabat, le secrétaire général de cette formation politique a estimé, suite à la réunion du bureau politique du PPS, que tout pays ne peut surmonter la crise en recourant à des mesures d’austérité. A cet effet, Mohamed Nabil Benabdellah a plaidé en faveur d’une vision globale susceptible d’insuffler une nouvelle dynamique à l’économie nationale en assurant la bonne gouvernance des dépenses publiques. Cette perception est loin d’être l’apanage d’un parti puisqu’elle fait l’unanimité dans le rang de plusieurs observateurs de la scène politique et économique. Pour le parti du livre, ses leaders n’ambitionnent pas de réaliser un «gain politique» en se prononçant sur la bonne gouvernance des dépenses publiques. «Ce qui importe pour le moment c’est l’intérêt du pays. Le PPS fait partie du gouvernement actuel et était dans la formation qui l’a précédé. Donc nous demeurons quand même responsables face à cette situation économique difficile», a souligné le numéro un du PPS. Pour surmonter cette conjoncture, le parti de Benabdellah veille à fournir d’énormes efforts afin d’encourager les investissements et faire régner la solidarité dans le rang des différentes castes sociales pour qu’elles puissent tirer bénéfice des ressources du pays. Le secrétaire général du PPS, qui a insisté sur la bonne gestion de la Caisse de compensation, a également invité à revoir le système d’imposition en donnant l’exemple du département qu’il chapeaute dans le gouvernement. Dans ce sens, il a rappelé les efforts de son ministère pour l’annulation de certains impôts bien que cette démarche soit difficile à mettre en exécution.
Le secrétaire général du PPS a également signalé que, suite à la demande du chef de gouvernement, il a préparé un décret relatif à la promotion immobilière et qu’il est déjà prêt. Mohamed Amine Sbihi, qui était de la partie, a, à son tour, indiqué que 10% des personnes riches bénéficient de 12 milliards de dirhams en échappant aux impositions.
Voilà pourquoi, selon Nabil Benabdellah, l’Etat devrait revoir ce système pour qu’il puisse récupérer ce montant faramineux. Par ailleurs, le secrétaire général du parti du livre a appelé l’opposition à jouer son rôle avec responsabilité. De même, les partis de la majorité doivent, selon ses dires, s’ouvrir sur ceux de l’opposition concernant les grands dossiers, c’est le cas notamment des lois organiques entre autres.

Top 10 des départements touchés par la coupe budgétaire

 

Voici le top 10 des départements auxquels s’applique la coupe budgétaire de 15 milliards DH :
• Le ministère de l’économie et des finances : 2.392.048 100 DH
• Le ministère de l’agriculture et de la pêche : 2.210.016 417 DH
• Le ministère de l’équipement et du transport : 1.756 394.750 DH
• Le ministère des énergies et des mines : 1 .515.283.727 DH
• Le ministère de l’éducation nationale : 956.535.895 DH
• Le ministère de la santé : 645.531.169 DH
• Le ministère des habous et des affaires islamiques : 634 265 232 DH
• La direction de la défense nationale : 600.000.000 DH
• Le ministère de l’industrie, du commerce et des nouvelles technologies : 331 265 507 DH
• Le ministère de l’habitat, de l’urbanisme et de la politique de la ville : 278.972.205 DH.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *