Bilan gouvernemental : Les promesses non tenues de Abbas El Fassi

Bilan gouvernemental : Les promesses non tenues de Abbas El Fassi

«Qu’est-ce qui a changé pour nous?». C’est la question autour de laquelle le gouvernement sortant de Abbas El Fassi a monté la sauce depuis quelques jours d’une grande campagne publicitaire préélectorale. Cette question a été affichée, dans un premier temps, dans des panneaux publicitaires partout à travers le pays avant de lancer le site internet «Makassib.ma» faisant le tour des grandes réalisations de son équipe. Mais après quatre ans à la tête du gouvernement, l’on se pose plutôt la question : «Qu’est-ce qui n’a pas encore changé pour nous?».
Le bilan de Abbas El Fassi, chef de gouvernement sortant, suscite le débat. «Makassib.ma» met l’accent sur plusieurs acquis, notamment en matière d’emploi, de moralisation de la vie publique, d’environnement et de pouvoir d’achat. Mais qu’est-ce qui n’a pas encore été fait par le gouvernement Abbas El Fassi ? Un petit exercice de comparaison entre les promesses lancées par Abbas El Fassi dans le cadre de sa déclaration gouvernementale de 2007 et les réalisations étalées sur le site Makassib.ma permet de constater que le bilan du gouvernement n’est pas aussi reluisant. En 2007, l’istiqlalien Abbas El Fassi avait placé la barre très haut, mais n’a finalement pas réussi à atteindre tous ses objectifs et ce dans plusieurs domaines vitaux intéressant la vie au quotidien des citoyens. Le bilan de Abbas El Fassi n’est pas aussi positif qu’il en a l’air sur les colonnes du site Makassib.ma, notamment en ce qui concerne l’emploi, la santé, la couverture sociale et la subvention des produits de base, pour ne citer que ces exemples. A l’approche de la fin de son mandat, le gouvernement Abbas El Fassi n’a pas réussi à porter le taux de chômage au-dessous de la barre de 9%, alors qu’il avait promis de le réduire de 2,8 points. La généralisation au niveau national du Régime d’assistance médicale pour les économiquement démunis (Ramed) prévue initialement pour 2009 se fait toujours attendre. La Caisse de compensation contribue toujours à creuser l’écart entre les riches et les catégories sociales les plus démunies. Aucune avancée n’a été enregistrée en matière de mise en place de l’indemnité pour perte d’emploi. Et pour compléter le tableau, la réforme des systèmes de retraite se trouve toujours au stade de prospection. Ainsi, en plus des acquis dont le gouvernement se réjouit, il existe bel et bien des promesses non tenues par M. El Fassi. En dehors de tout ce qui pourrait être dit à propos des «Makassib», l’établissement de la liste des chantiers qui ont pris beaucoup de retard est une manière pour dire que le prochain gouvernement, qui sera issu des élections du 25 novembre, a du pain sur la planche. La prochaine équipe gouvernementale récupérera le flambeau là où s’est arrêté Abbas El Fassi.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *