Biographie des nouveaux ministres marocains

Biographie des nouveaux ministres marocains

M. Abdelilah Benkirane, chef du gouvernement, dont les membres ont été nommés ce mardi par SM le Roi Mohammed VI, est né en 1954 à Rabat. Le secrétaire général du Parti Justice et Développement (PJD), arrivé en tête des élections législatives du 25 novembre avec 107 sièges, a obtenu, en 1979, une licence en sciences physiques, avant d’enseigner à l’école normale supérieure de Rabat. Porté quatre fois à la députation, M. Benkirane a été élu secrétaire général
du PJD en 2008, succédant à M. Saâdeddine El Othmani. Le nouveau chef du gouvernement, qui a rejoint la Chabiba Islamiya en 1976, était président du Mouvement "Réforme et Renouveau" et du conseil national du PJD. Il était également directeur des journaux "Al-Islah", "Ar-Raya" et "Attajdid". M. Benkirane, qui est membre du conseil supérieur de l’enseignement et ancien membre de la Commission spéciale éducation-formation, est marié et père de six enfants.

M. Mohand Laenser que SM le Roi Mohammed VI a nommé, mardi, ministre de l’intérieur, est né en 1942 à Imouzzer Marmoucha, dans la province de Boulemane. Diplômé de l’Ecole nationale de l’administration publique (ENAP), M. Laenser a assumé, depuis 1969, plusieurs fonctions au sein du ministère des Postes et Télécommunications, en tant que directeur général des postes et services financiers, directeur des affaires générales et secrétaire général du ministère. Entre 1981 et 1992, M. Laenser, directeur de l’Office national des Postes et Télécommunications (ONPT), a été nommé par feu SM Hassan II ministre des Postes et des Télécommunications. Secrétaire général du Mouvement Populaire, il est élu député aux élections législatives de juin 1993 dans la circonscription de Boulemane. Le 12 novembre 1994, M. Laenser est réélu Secrétaire général du Mouvement Populaire, avant d’être élu aux communales du 13 juin 1997 puis réélu aux législatives du 27 septembre 2002. En octobre 2007, il a été élu président du conseil de la région de Fès-Boulemane, avant d’être nommé en 2002, par SM le Roi Mohammed VI, ministre de l’Agriculture et du Développement rural. M. Laenser a été réélu , le 12 juin 2010, secrétaire général du Mouvement populaire, à la majorité absolue, par le 11-ème Congrès national du Parti. Le 25 novembre dernier , il a été élu député aux élections législatives dans la circonscription de Boulemane. Le 29 juillet 2009, il a été nommé par SM le Roi, ministre d’Etat. Décoré du Wissam Er-reda de première classe, M. Laenser reçoit en 2006 une distinction du ministère de l’Agriculture de la wilaya soudanaise du Nil Al-Azrak, en marge de l’Inauguration à Meknès de la première édition du Salon international de l’Agriculture au Maroc.

M. Aziz Rebbah que SM le Roi Mohammed VI a nommé ministre de l’Equipement et du transport, est né en 1962 à Sidi Kacem. Il est ingénieur de formation spécialisé dans les nouvelles technologies de l’information. Titulaire en 1981 d’un bac en mathématiques du Lycée Mohammed V de Kénitra, de diplôme d’ingénieur de l’INSEA (1985) et d’un master en génie-logiciel, de l’Université Laval de Quèbec, en 1992, M. Rebbah a occupé plusieurs postes de responsabilité aux ministères des Affaires économiques et générales, du Commerce extérieur, ainsi que du commerce et de l’industrie. M. Rebbah a pris part à plusieurs rencontres consacrées aux technologies de l’Information et de la communication, à la réforme administrative, au gouvernement électronique, à la mise à niveau de l’économie et à la société de l’information. Il est membre du bureau exécutif du Centre de recherches et d’expertises (CEREX) et membre fondateur de l’association Sigma21. Il a aussi été membre notamment de la commission nationale de la mise à niveau de l’économie (2002-2004), du Comité Stratégique des Technologies de l’Information (CSTI) (2004-2005), de la Commission inter-ministérielle du Commerce électronique et membre fondateur du Centre de recherches et d’expertises. M. Aziz Rebbah a en outre participé à des rencontres internationales, notamment en tant que membre de la Task force arabe sur le gouvernement électronique, mis en place par l’Union internationale des télécoms (UIT), du Groupe de travail sur le gouvernement électronique de l’initiative de "la bonne gouvernance dans le monde arabe", lancée par l’OCDE et le PNUD en 2005. Il est aussi membre du réseau e-Gov for Africa, lancé par la Fondation GOV3 en 2005 et du conseil d’administration de l’Union arabe des technologies de l’information, et a fait partie de la délégation marocaine au Sommet mondial de la société de l’information à Genève 2003 et à Tunis 2005. Sur le plan politique, M. Rebbah a fait ses armes au sein du Parti de Justice et du Développement, dont il est membre du secrétariat général, responsable des organisations professionnelles et secrétaire national de la Jeunesse du parti. Il a été élu député de la circonscription de Kénitra lors des élections du 25 novembre et préside le conseil urbain de la ville de Kénitra depuis 2009. M. Rebbah est marié et père de trois enfants.

M. Nizar Baraka que SM le Roi Mohammed VI a nommé, mardi, ministre de l’Economie et des finances, est né le 6 février 1964 à Rabat où il a fait ses études primaires et secondaires.
Baccalauréat en poche en 1981, il rejoint la Faculté de droit Mohammed V-Agdal où il obtient un diplôme en économétrie en 1985, avant de se rendre à l’Université Aix-Marseille (France) d’où il décroche un doctorat en sciences économiques en 1992. Après avoir enseigné à la Faculté de droit Mohammed V-Agdal et à l’Institut national d’économie sociale, il rejoint le ministère des Finances en 1996 où il a assumé plusieurs postes de responsabilité, dont celui de directeur-adjoint de la direction des études et des prévisions financières. M. Baraka a été nommé par SM le Roi Mohammed VI, en octobre 2007, ministre délégué auprès du Premier ministre chargé des affaires économiques et générales où il a supervisé plusieurs dossiers stratégiques, dont le soutien du pouvoir d’achat et la politique des prix, l’économie sociale, la présidence marocaine de l’OCDE sur l’investissement international dans la région MENA. M. Baraka, qui a rejoint les rangs du Parti de l’Istiqlal, en 1981, a été élu membre du conseil national du parti (1989), membre du comité central (1998), puis membre du comité exécutif en 2003. Président de la commission économique et de la commission des relations extérieures du parti en 2009, il a supervisé la commission chargée de l’élaboration de la conception du parti sur la régionalisation avancée en 2010 et de l’élaboration du programme électoral du parti lors des communales de 2009 et des législatives de 2011.
Vice-président de l’Internationale démocratique africaine des partis du centre depuis 2005, M. Nizar Baraka est actif dans nombre d’associations et organisations nationales et internationales.
Nommé par SM le Roi, en janvier 2005, membre du Comité Averroès pour le rapprochement entre les peuples marocain et espagnol, il a également contribué au Rapport du Cinquantenaire sur le développement humain. Il est aussi membre du conseil d’administration du conseil déontologique des valeurs mobilières en 2004 et de l’Observatoire national du développement humain en 2006.


M. Mohamed Nabil Benabdellah
que SM le Roi Mohammed VI a nommé, mardi, ministre de l’Habitat, de l’urbanisme et de la politique de la ville est né le 3 juin 1959 à Rabat. Il a été nommé par SM le Roi Mohammed VI au poste de ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement (7 novembre 2002), puis ambassadeur du Royaume à Rome (7 novembre 2008). M. Benabdellah a fait ses études primaires et secondaires à Rabat et a poursuivi ses études supérieures à Orléans (droit) et Paris d’où il sortira diplômé de l’Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO-1985) option relations internationales. En 1978, Il rejoint les rangs du Parti du progrès et du socialisme (PPS) dont il sera élu secrétaire général, en mai 2008. Ancien responsable de l’Union nationale des étudiants du Maroc à Paris puis en Europe occidentale (1978 à 1983), il a été premier Secrétaire de la jeunesse marocaine pour le progrès et le socialisme (JMPS) et président de la jeunesse marocaine pour le progrès et le socialisme (1994 et 1998). En 1988, il a été élu membre du Comité central du PPS et membre du bureau politique en juillet 1995, chargé de la Communication. Interprète traducteur assermenté et expert près des tribunaux marocains, M. Benabdellah était membre du Conseil national de la jeunesse et de l’avenir (CNJA/1990) et vice-président de l’Ordre des interprètes traducteurs assermentés du Maroc, depuis 1992. Il a occupé le poste de directeur des quotidiens "Al Bayane" et "Bayane Al-Yaoum " (1997 à 2000) et celui de premier vice-président de l’Association des traducteurs agréés près des juridictions (octobre 2002). Président de la Fondation du festival international du film méditerranéen de Tétouan, membre du Conseil d’administration de la Fondation des trois cultures et ex-président de la Fondation Suisse Maroc pour le développement, M. Benabdellah a été réélu aux législatives de novembre dernier.

M. Driss Dahak, que SM le Roi Mohammed VI a nommé, mardi, secrétaire général du gouvernement, est né le 15 août 1939 à Ksar El Kébir. Docteur en droit, M. Dahak, titulaire de plusieurs diplômes universitaires, dispose d’une carrière judiciaire éloquente aux niveaux national, arabe et international, de même qu’il a occupé plusieurs hautes fonctions, notamment ambassadeur du Maroc en Syrie (1989/1994). Membre de l’Académie du Royaume, M. Dahak a été Premier président de la Cour suprême, poste qu’il occupait depuis octobre 1996, après avoir été Directeur de l’Institut national d’études judiciaires pendant une durée de huit ans (1977/1985).
M. Dahak a été nommé, le 20 août 2008, secrétaire général du gouvernement, poste auquel il a été reconduit dans le gouvernement Benkirane. M. Dahak, qui a assumé la fonction de secrétaire général de l’Organisation arabe de défense sociale contre le crime (1985/89), est membre et expert auprès de plusieurs commissions et organisations au Maroc et auprès des Nations unies, notamment en matière de droit maritime, de droits de l’Homme et d’environnement, en plus de ses nombreuses contributions à de multiples manifestations juridiques d’ordre international depuis plus de quatre décennies. Reconduit en 2002 à la présidence du Comité international de coordination des institutions nationales de promotion et de protection des droits de l’Homme, M. Dahak est décoré du Ouissam Al Arch de l’ordre de chevalier, de l’ordre du mérite syrien de premier grade et des insignes de commandeur de l’ordre du mérite national français.


M. Ahmed Taoufiq
, que SM le Roi Mohammed VI a nommé, mardi, ministre des Habous et des Affaires Islamiques, est né le 22 juin 1943 à Marigha (Haut Atlas). M. Toufiq, qui est ainsi reconduit dans le même poste qu’il occupait depuis l’année 2002, a poursuivi ses études primaires et secondaires à Marrakech. Il a obtenu, en 1968, une licence es-Lettres (option histoire) de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Rabat. Il est également titulaire d’un certificat d’archéologie. M. Toufiq a été vice-doyen de la faculté des Lettres de Rabat (1976-1978) où il est professeur d’Histoire. Il a été, ensuite, nommé Directeur de l’Institut des Etudes Africaines (1989-95), puis Directeur de la Bibliothèque Générale (depuis 1995- 2002). Il est l’auteur de nombreuses études et communications sur l’histoire du Maroc. Parmi ces études l’on peut citer notamment sa thèse magistrale sur la société marocaine au XIX-ème siècle – Inoultane 1850-1912 ( 1984), Islam et Développement, Les juifs de Demnat et le Maroc et l’Afrique occidentale à travers les âges. Il a également entrepris plusieurs activités scientifiques et collaboré à la rédaction de l’Encyclopédie du Maroc (Dictionnaire alphabétique des connaissances concernant le passé et le présent du Maroc). Il avait été nomme par SM le Roi Mohammed VI, Amir Al Mouminine, le 2 avril 2010 en tant que président de la Fondation de la mosquée Hassan II de Casablanca. M. Toufiq était membre du comité de rédaction de la revue de la faculté des Lettres de Rabat et de l’Annuaire Bibliographique, le Livre Marocain , publié par l’association des Auteurs Marocains pour la Publication. M. Ahmed Toufiq s’est également distingué en tant que romancier avec "Jarat Abi Mussa" (Les voisines d’Abi Moussa- 1997) puis "Assayl" (le torrent-1998) et "l’Arbre et la Lune".

M. Abdelkader Aâmara, que SM le Roi Mohammed VI a nommé mardi ministre de l’Industrie, du Commerce et des Nouvelles technologies, est né le 28 janvier 1962 à Bouarfa. Professeur à l’Institut agronomique et vétérinaire Hassan II de Rabat depuis 1986, M. Aâmara a obtenu un Doctorat de ce prestigieux établissement la même année avant de rejoindre la France en 1989 pour perfectionner ses compétences. Il a également été expert, durant une dizaine d’années, auprès de l’Organisation mondiale des sciences, basée en Suède. M. Aâmara est membre du secrétariat général du Parti de la Justice et du développement (PJD) depuis 1997, trésorier du parti et ancien président du Comité central des cadres du PJD. Député de la ville de Salé depuis 2002, M. Aâmara est ancien président de la Commission des secteurs productifs à la Chambre des représentants et ex-membre du bureau de cette dernière. Vice-président du groupe du PJD à la Chambre des représentants chargé de la Communication, M. Aâmara est membre-fondateur de l’Association des parlementaires marocains contre la corruption et ancien membre de la Commission administrative du Syndicat national de l’enseignement supérieur. M. Aâmara est, en outre, vice-président du Forum mondial des parlementaires islamiques, dont il est membre-fondateur, et membre-fondateur de l’Alliance internationale pour le soutien d’Al-Qods et de la Palestine (Istanbul). M. Aâmara est marié et père de trois enfants.


Mustapha El Khalfi
, nommé ministre de la communication, porte-parole du gouvernement dans le cabinet de Abdelilah Benkirane, est un militant convaincu, que son entourage surnomme le " jeune loup " en raison de son militantisme précoce. Lui-même se présente comme un fervent activiste pour les causes prioritaires de la nation, en l’occurrence la lutte contre la corruption, la justice sociale et l’impulsion d’un développement garantissant la dignité des Marocains.
"J’incarne un militantisme ancré dans l’identité marocaine ayant pour soubassement un référentiel islamique modéré avec des tendances d’ouverture sur le monde, les acquis universels et les questions humanitaires", tient-il à se définir. Au premier abord, Mustapha El Khalfi (38 ans) se révèle être un homme décontracté, affable, pondéré, réaliste, qui affiche au fil de la discussion des idées tranchées et affirmées. Ses maîtres-mots sont liberté, responsabilité, bonne gouvernance et créativité. C’est avec un regard plein de résolution que ce poids lourd du parti Justice et Développement (PJD) raconte son parcours, qui révèle au fil des ans, une soif insatiable de connaissance et un engagement indéfectible au service des intérêts du pays.

M. Mohamed Ouzzine que SM le Roi Mohammed VI a nommé, mardi , ministre de la Jeunesse et des Sports, est né le 5 janvier 1969. Membre du bureau politique du Mouvement populaire (MP), M. Ouzzine a occupé, du 2002 à 2007, le poste de conseiller du ministre de l’Agriculture, du Développement rural et des Pêches maritimes. Professeur de communication et de management en langue anglaise, de 1993 à 1999, M. Ouzzine a à son actif plusieurs activités politiques. Il a été un des observateurs des élections législatives en Macédoine (2006), coordonnateur du réseau international de la jeunesse libérale (INLY), membre de la commission chargée de l’élaboration de la stratégie électorale du MP et chargé de l’organisation de la jeunesse populaire. M. Ouzzine est lauréat de l’International Visitors Leadership Program (USA) et de l’International Academy of leadership (Allemagne). Il est également titulaire d’un doctorat en sociolinguistiques de l’Université Mohammed V-Rabat et d’un Master’s en stratégies de développement durable de l’Université du Moyen-Orient de Boston. Il a été nommé le 29 juillet 2009 secrétaire d’Etat auprès du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération. M. Ouzzine a été élu, aux législatives du 25 novembre dernier, membre de la Chambre des Représentants dans la circonscription électorale dŒIfrane,.

M. Saad-Eddine El Othmani que SM le Roi Mohammed VI a nommé, mardi, ministre des Affaires étrangères et de la coopération est né le 16 janvier à Inezgane. Baccalauréat en poche en 1976, il obtient son diplôme en médecine de la Faculté de médecine et de pharmacie de Casablanca (1986), un diplôme en psychiatrie du CHU de Casablanca (1994) et un DES en études islamiques à la Faculté des lettres de Rabat (1999). Vice-président de la Chambre des représentants (2010/2011), président du Conseil national du Parti Justice et développement en 2008, membre du Congrès général des partis arabes et membre de la Commission des affaires étrangères et de la défense nationale à la Chambre des représentants (2001/2002), il a été élu député aux législatives de novembre dernier. Membre du Conseil de la choura maghrébin depuis 2002 et directeur du bureau du MPDC (1998/1999), il est membre actif de plusieurs organisations, dont l’Association des oulémas de Dar Al Hadith Al Hassinya, depuis 1989, et membre des bureaux exécutifs du Mouvement réforme et renouveau (1991/1996) et du Mouvement unicité et réforme (1996/2003). Il compte à son actif plusieurs articles et contributions scientifiques qu’il a publiés, notamment sur les colonnes de la revue "Al Forkane", des journaux "Arraya" et "Attajdid", ainsi que sur le site "Islamonline". M. El Othmani est marié et père de trois enfants.

M. Lahbib Choubani, que SM le Roi Mohammed VI a nommé mardi ministre chargé des Relations avec le parlement et la société civile, est né en 1963 à Abi Jaâd. M. Choubani a décroché un baccalauréat en sciences expérimentales de l’Académie de Béni Mellal en 1981 et une licence en sciences physiques et chimiques de l’Ecole normale supérieure de Marrakech (1985), avant de travailler en tant que professeur de physique de plusieurs lycées d’Errachidia de 1985 à 2002.
Il a obtenu également un baccalauréat en lettres modernes de l’Académie de Meknès (1997), une licence en droit public français, option de l’administration publique de l’Université Mohammed V-Souissi de Rabat (2008) et un master en la gestion du développement social de la même université (2011). M. Choubani est vice-président du conseil national du parti de la Justice et du Développement depuis 2008, vice-secrétaire général du parti (2004-2008), membre du secrétariat général du parti depuis 2004 et chef de division de la communication, des relations publiques et de l’édition du PJD depuis 2008. Il est également membre de la Commission centrale de la probité et de la transparence à partir de 2009, secrétaire régional du parti dans la région de Meknès-Tafilalet (2001-2003) et secrétaire provincial du PJD (1996-2000). Il a été élu député de la circonscription de Gheris Tislit depuis 2002, président du groupe parlementaire (2006-2007), président de la Commission de la justice, de législation et des droits de l’Homme à la chambre des représentants et conseiller communal à Errachidia (2003-2009). M. Choubani a été directeur de publication du journal +Al Misbah+, président de l’Observatoire civil de moralisation de la vie publique et de soutien à la transparence et président de l’Association des conseillers de la justice et u développement. Il a participé à plusieurs recherches nationales et internationales sur le rôle des parlements dans le renforcement et la protection des droits humains et représenté le parlement à plusieurs missions diplomatiques. M. Choubani est marié et père de quatre enfants.


M. Lahcen Daoudi
que SM le Roi Mohammed VI a nommé, mardi, ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de la formation des cadres, est né le 5 janvier 1947 à Béni Mellal. M. Daoudi est titulaire d’une licence, d’un DEA et d’un doctorat de 3ème cycle en sciences économiques délivrés par l’Université de Lyon (France), en plus d’un doctorat dans la même discipline obtenu à l’Université de droit de Fès. M. Daoudi est l’auteur de plusieurs études et recherches dont " quelle intégration pour le monde arabe ?", " la région, une terminologie au service du développement ", "vers une approche des concepts de développement et d’intégration " et "le marché financier et le processus de privatisation au Maroc ". Il a exercé notamment en qualité de professeur-assistant à l’université de droit de Fès, de maître de conférence en économie, directeur-adjoint chargé de l’action sociale à l’Entraide nationale, de député, de président-adjoint à la chambre des représentants et de président du groupe de la justice et du développement au sein de la même chambre. M. Daoudi a aussi participé, en qualité de coordonnateur des experts, à l’évaluation du programme des priorités sociales (BAJ 1) pour le compte du ministère du plan et de la banque mondiale. Il a également participé à l’élaboration des plans d’aménagement des villes de Tiznit, Ouazzane, de la ville ancienne de Taza et de Jorf El Melha.


M. Mustafa Ramid
, que SM le Roi Mohammed VI a nommé mardi ministre de la Justice et des Libertés, est né en 1959 dans la région de Sidi Bennour (province d’El Jadida). Titulaire d’une licence en droit, M. Ramid a poursuivi ses études supérieures à Dar Al Hadith Al Hassania. En 1989, il a été élu membre du bureau exécutif de l’Association des Ouléma de Dar Al Hadith Al Hassania et en 2005 membre du bureau du Conseil du barreau de Casablanca pour deux mandats. Il s’était porté candidat aux élections de 1997 au nom du Mouvement populaire démocratique et constitutionnel (MPDC), fondé par feu Dr. Abdelkrim El Khatib, dont il présidera le groupe au Parlement. En 2002, il a été élu au Parlement au nom du Parti de la Justice et du développement (PJD) et y assumera la présidence du groupe de cette formation politique. M. Ramid, avocat du barreau de Casablanca, était membre du Conseil consultatif des droits de l’Homme pour deux mandats successifs et avait présidé l’Instance parlementaire arabe des droits de l’Homme, issue de l’Union parlementaire arabe. Outre sa participation à plusieurs conférences internationales, M. Ramid est membres du Congrès panarabe et du Congrès panislamique. M. Ramid est marié et père de six enfants.


M. Mohamed El Ouafa
que SM le Roi Mohammed VI a nommé, mardi, ministre de lŒEducation nationale, est né en 1948 à Marrakech. Après une licence en sciences économiques (Rabat), M. El Ouafa a obtenu le diplôme des études supérieures en sciences économiques (Paris) et le 3ème cycle de lŒInstitut du développement économique de Paris (IDES). Il a occupé en 1976 le poste de maître-assistant à la faculté de droit de Rabat avant de siéger à la Chambre des représentants de 1977 à 1997. De 1983 à 1992, il a présidé le conseil municipal de Marrakech et depuis 1982, il est membre du comité exécutif du parti de l’Istiqlal. Secrétaire général de la jeunesse istiqlalienne de 1976 à 1984, il a été président de l’Union générale des entreprises du Maroc de 1969 à 1973. M. El Ouafa a été ambassadeur du Maroc en Inde (2000/2004), en République islamique dŒIran en 2006, puis au Brésil.

M. Mohamed Amine Sbihi, que SM le Roi Mohammed VI a nommé ministre de la Culture, est l’exemple de l’homme politique qui a pu concilier avec brio carrière académique et activité partisane et associative. Après avoir obtenu son doctorat d’Etat en sciences mathématiques, spécialité statistiques, de l’université de Montréal au Canada, ce natif de Salé a exercé, entre 1990 et 1995, en tant que maître de conférence à la Faculté des sciences de Rabat, pour se voir engagé ensuite par la même Faculté en tant que professeur de l’enseignement supérieur, poste qu’il a occupé jusqu’en 2005. Parallèlement à son parcours académique, M. Sbihi, marié et père d’un enfant, s’est intéressé à la politique dès 1975, date de son entrée au Parti du progrès et du socialisme (PPS), alors qu’il était étudiant à la Faculté des sciences de Rabat. Mais ce n’est que 20 ans plus tard qu’il accèdera à son premier poste-clé au sein du PPS, dont il est devenu, en 1995, membre du comité central. En 2005, il est élu membre du bureau politique et nommé, la même année, coordonnateur national du secteur de l’éducation et de la formation au parti. le poste le plus récent auquel il a accédé au sein du PPS en 2010, a été celui de responsable des élections auprès du bureau politique. Homme aux multiples casquettes, M. Sbihi compte également à son actif plus de 20 ans d’activités au service de l’université marocaine et du secteur de l’Education nationale en général. Ainsi, après avoir été chargé, entre 1990 et 1992, des questions d’ordre pédagogique et organisationnel au sein de la cellule supervisant le projet de l’université Al Akhawayn au Secrétariat particulier de SM le Roi, il s’est vu confier, entre 1995 et 1996, la vice-présidence de la même université. Pendant deux ans (de 1998 à 2000), M. Sbihi a été directeur du cabinet du ministre de l’Education nationale et il est, depuis 1996, conservateur de la bibliothèque Sbihi de Salé. L’action associative figure, elle aussi, parmi les domaines d’intérêt de M. Sbihi, qui est, notamment, membre fondateur des associations Al Jisr (1999), Sala Al Moustaqbal (2006), et du centre d’études et de recherches Aziz Blal (1985).

M. Lahcen Haddad que SM le Roi Mohammed VI a nommé mardi, ministre du tourisme, est né le 16 mars 1960 à Boujad. Professeur à lŒUniversité Mohamed V de Rabat et à la School of International Training (Vermont, USA), M. Lahcen Haddad est également directeur du Programme Maroc de World Learning et directeur General De Management Systems International, Région MENA. Titulaire d’un PhD à l’université américaine de lIndiana en 1993 et d’un MBA à Saint Thomas Aquinas College, New Yorken 1999) ainsi que d’un diplôme d’études supérieures de l’ Université Mohamed V en 1984, M. Haddad est Membre du Bureau Politique du Mouvement Populaire depuis 2006. Il est aussi membre fondateur de Boujad Développement Durable depuis 2005. Polyglotte, M. Lahcen Haddad a une expérience confirmée tant au Maroc qu’à l’étranger lui permettant de développer une vision stratégique des problèmes et des besoins du développement économique et social. Ayant participé à plusieurs projets et études dŒimportance nationale et internationale sur notamment la géostratégie, le développement économique, la mise en place des politiques publiques, les relations internationales, lŒagriculture et la sécurité alimentaire, le tourisme et les flux internationaux des personnes, des biens et des capitaux, le développement humain notamment, M. Haddad a également développé son expertise en travaillant pour le compte de plusieurs agences, universités, fondations et organismes, nationaux et internationaux. Il a ainsi travaillé pour le compte de Millenium Challenge Account, la Banque Mondiale et lŒAgence Française de Développement, lŒUSAID, le FNUAP, le PNUD, le BIT, lŒUNICEF et lŒONUDI mais aussi pour des instances de lŒUnion Européenne, le Département dŒEtat américain, le Foreign Office anglais. M. Haddad a de même été un expert auprès de Bank Al-Maghrib, la Régie de Tabacs et lŒOFPPT et de plusieurs départements ministériels. Il est auteur de plusieurs ouvrages académiques et articles englobant les domaines de la géostratégie, le Sahara marocain, les réfugiés de Tindouf, le terrorisme, la paix dans le monde et le développement durable. M. Lahcen Haddad a un parcours professionnel diversifié. Directeur General De Management Systems International, Région MENA, depuis 2007, il a été directeur, du Programme de Développement Adros du département de travail américain de 2003 à 2007, et conseiller technique du Programme de réforme sectoriel Traladan Okula en Turquie financé par le Gouvernement Américain (de 2004 à 2008) et conseiller en entreprenariat du programme ALEF de lŒUSAID de 2005 à 2009. M. Lahcen Haddad est marié est père de deux enfants.


M. Abdelouahed Souhail
que SM le Roi Mohammed VI a nommé, mardi, ministre de l’Emploi et de la formation professionnelle, est né en 1946 à Casablanca. Lauréat de la Faculté de droit et des sciences économiques de Casablanca où il a obtenu une Licence en économie, M. Souhail intègre sur concours la Banque Marocaine du Commerce Extérieur (BMCE) en novembre 1967 comme attaché de direction. A l’issue de stages de perfectionnement au sein de banques européennes, M. Souhail s’est vu confier, au cours des trente dernières années dans cette même banque, plusieurs responsabilités de gestion et d’animation de réseaux régionaux d’agences. Cette longue carrière d’exploitation de banque lui a permis une connaissance approfondie du tissu productif marocain ainsi que d’établir des liens solides avec l’ensemble des décideurs économiques. M. Souhail a pris activement part en tant que membre représentant la communauté bancaire, aux travaux menés par "le Comité de suivi du projet de développement du secteur privé " qui regroupe les représentants du secteur public et privé et la Banque Mondiale. Au lendemain de la privatisation de la BMCE en 1995, il s’est vu confier la direction du réseau national ainsi que des activités de développement de marketing auprès des clientèles des entreprises, des particuliers et des professionnels. Depuis juin 1996, il assume la direction générale de l’exploitation, à la tète d’un réseau de près de 180 agences et d’un effectif de plus de 2.000 agents à travers le Royaume. Par ailleurs, M. Souhail est actif dans la vie militante et associative en tant que membre du bureau politique du Parti du Progrès et du Socialisme (PPS) ainsi que de diverses associations à caractère culturel et social. Le 9 février 1998, feu SM Le Roi Hassan II le nomme Président Directeur Général du Crédit Immobilier et Hôtelier (CIH). M. Abdelouahed Souhail est marié et père de deux enfants.


M. Mohamed Najib Boulif
que SM le Roi Mohammed VI a nommé, mardi, ministre délégué auprès du chef de gouvernement chargé des Affaires générales et de la gouvernance est né à Tanger en 1964. Député à la Chambre des représentants depuis 2002 et réélu aux législatives de novembre dernier, M. Boulif est titulaire d’une maîtrise en gestion des entreprises et d’une autre en économétrie de l’Université de Dijon (France), en 1985. Lauréat de l’Institut français de pétrole, spécialisé en économie de l’énergie (1986), il a obtenu un doctorat national, dans la même spécialité de l’Université de Paris II (1989) et un Ph D de l’Université de Fès en 1996. Vice-président de la Commission chargée des questions économiques à la Chambre des représentants depuis 2002 et président du groupe d’amitié maroco-turque, il est aussi membre de l’Assemblée parlementaire de la francophonie et membre fondateur du Forum mondial des parlementaires islamiques. Expert en économie du Parti Justice et développement, il est également membre fondateur du Forum international d’Al Qods, membre de l’Organisation pour la sécurité et la coopération de l’Europe et de l’Organisation mondiale des parlementaires contre la corruption. Najib Boulif est aussi un auteur prolifique qui compte à son actif des dizaines d’articles et de nombreux ouvrages, dont "Le Monde arabe: entre le défi de la mondialisation et l’obligation du développement humain" (2003), "Une vision économique de la troisième guerre du Golfe" (2003) et "Les alternatives participatives au micro-crédit" (2000).

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *