Boualem et El mohafidi exécutés par Zarqaoui

Boualem et El mohafidi exécutés par Zarqaoui

"Je lui ai tiré deux balles dans la tête". L’homme qui parle ainsi s’appelle Ziad Khalaf al-Karbouli, un terroriste, présenté à la télévision Jordanienne comme un proche du jordanien Abou Mousâb Zarqaoui, chef du réseau Al Qaïda en Irak. Arrêté il y a quelques jours au cours d’une action de coordination des services de renseignement et de la police jordanienne, l’individu qui se présente comme un ressortissant irakien, a reconnu froidement avoir tué par balles avec son « revolver personnel », le chauffeur jordanien des deux Marocains enlevés en Irak avant d’exécuter ces derniers en novembre 2005, soit à peine un mois après leur enlèvement. L’assassin a avoué avoir agi sur ordre de Abou Mousâb Zarqaoui. Dans un enregistrement de 15 minutes retransmis à la télévision, ce terroriste évoque ses faits d’armes, en se présentant comme le ravisseur de Abdelkrim El Mohafidi et Abderrahim Boualem, enlevés le 20 octobre 2005 alors qu’ils revenaient d’Amman où ils s’étaient rendus pour toucher leur salaire. Une semaine après leur rapt, un site Internet intégriste confirmait l’enlèvement des deux Marocains par un mouvement terroriste s’inspirant de Ben Laden et agissant en Irak. Le premier novembre 2005, la rédaction d’ALM recevait tôt le matin un courrier électronique comportant un communiqué et une dizaine de photocopies des papiers et documents officiels des deux Marocains. Ce message rédigé sur le ton habituel utilisé par les terroristes, indiquait que Abderrahim Boualem et Abdelkrim El Mohafidi, «employés du gouvernement du Maroc» avaient été déférés, après interrogatoires, auprès du tribunal islamique (la Hay’a Char’iyah) pour décider du sort à leur réserver.
Il y a quelques semaines, les informations les plus folles circulaient . Certains messages évoquaient l’éxécution des deux otages marocains par décision du tribunal islamique. Difficile à vérifier. D’autant que, les discrètes missions marocaines dépêchées en Irak et dans les pays voisins n’ont jamais jusqu’à ce jour donné une information concrète sur le sort des deux otages.
A en croire les aveux dirigés par ce membre de la nébuleuse terroriste, les deux Marocains ont été remis par ses soins à la branche irakienne d’Al Qaïda. Présenté comme un proche du chef d’Al Qaïda en Irak, Karbouli était employé par les services douaniers à la frontière irakienne.
Cette arrestation aurait pu offrir une mince lueur d’espoir pour les familles des deux otages marocains dont on est sans nouvelle depuis plus de sept mois. Mais malheureusement, l’assassin ne leur a laissé aucune chance. L’arrestation du ravisseur des Marocains permet au moins de convenir d’une chose : les deux otages marocains ont été remis au Jordanien Abou Mousâb Zarqaoui qui a ordonné leur exécution. Le suspect a également avoué lors de ses interrogatoires par les autorités judiciaires jordaniennes avoir enlevé l’assistant d’un ancien ministre irakien des Finances qui se rendait de Jordanie en Irak, selon la source des services de sécurité, citée par la télévision. Il a aussi reconnu avoir tué quatre policiers irakiens, selon la même source.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *