Bush «comprend», l’Europe s’inquiète

Dimanche, à l’image du reste des chefs d’Etat et de gouvernement européens, le ministre allemand des affaires étrangères Joschka Fischer a une nouvelle fois exhorté Israël à «garantir la vie sauve» à Yasser Arafat, et à rendre «sa capacité d’action» à l’Autorité palestinienne. «Le gouvernement (allemand) condamne avec toute sa sévérité la terreur et la violence et exhorte les responsables des deux parties à tout faire pour éviter qu’il n’y ait d’autres victimes innocentes», a-t-il poursuivi. S’alignant sur la communauté internationale, l’Allemagne a souligné qu’« Israël et les Palestiniens doivent immédiatement respecter les décisions du Conseil de sécurité des Nations-Unies formulées dans la résolution 1402».
Cette résolution approuvée vendredi soir lors d’une réunion extraordinaire réclamée par les pays arabes appelle Israéliens et Palestiniens à «réaliser immédiatement un véritable cessez-le-feu», et «au retrait des troupes israéliennes des villes palestiniennes y compris Ramallah». Il demande aussi aux deux parties de coopérer pleinement avec l’émissaire américain Anthony Zinni pour obtenir la mise en oeuvre d’un cessez-le-feu. Samedi, alors que son pays venait de participer à l’adoption du texte de l’ONU, le président américain George W. Bush a quant à lui appelé Israël à trouver un chemin vers la paix au Proche-Orient et invité Yasser Arafat à faire une déclaration rejetant totalement le terrorisme. «Je comprends parfaitement la nécessité, pour Israël, de se défendre (…), mais j’exhorte dans le même temps le gouvernement israélien à faire en sorte qu’il y ait un chemin vers la paix», a alors déclaré M. Bush. «Il faut trouver une solution pacifique et j’ai reçu du gouvernement israélien l’assurance qu’il ne serait pas fait de mal au président Arafat», a-t-il ajouté tout en cautionnant ouvertement la politique d’Ariel Sharon.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *