Cadrage : Conscience

La tenue des assises de l’Union interparlementaire au Maroc constitue un événement international de taille que notre pays a l’honneur d’accueillir. C’est en effet une réunion des représentants des citoyens de leurs pays respectifs, membres des institutions représentatives incarnant une expression universelle de la démocratie, dans sa diversité et la pluralité de ses sensibilités.
En ouvrant les travaux de ce forum mondial, Sa Majesté le Roi Mohammed VI a donné le ton sur l’importance de cette rencontre dans le contexte international actuel et sur la symbolique de la tenue de cette manifestation sur la terre marocaine, fruit de convergences et de métissages séculaires multiples.
À six mois du choc planétaire qu’a constitué la catastrophe du 11 septembre, lorsque le monde entier a découvert les ravages et la sauvagerie d’un terrorisme aveugle et sans visage, il est à la fois légitime et urgent pour l’humanité tout entière d’opérer une profonde introspection pour identifier les racines réelles du mal et dire unanimement « plus jamais ça ».
Le sous-développement, la perte des repères identitaires et culturels, les inégalités, la montée des extrémismes et des idéologies négationnistes, le travestissement des valeurs éducatives, les détournements de toutes sortes des nobles objectifs du savoir, des sciences et des techniques, sont autant de facteurs qui, faute de justifier quoi que ce soit dès lors qu’il s’agit de l’horreur, donnent à réfléchir.
Affiner le diagnostic pour éviter les clichés et stéréotypes de tous ordres et pour mettre fin à ce saucissonnage archaïque de l’humanité qui consiste à n’admettre les droits des uns que contre les intérêts des autres, est le moyen le plus efficace pour donner corps aux voeux de dialogue et de coexistence pacifique.
Le peuple palestinien lutte pour la reconnaissance de ses droits légitimes à la vie et à l’exercice de ses droits nationaux. Les extrémistes au pouvoir à Tel-Aviv lui renient ces droits et entraînent la région tout entière, voire l’ensemble de la communauté humaine, dans les affres de la confrontation et des déchirements.
L’organisation des Nations-Unies a récemment donné un signe fort en votant à la quasi-unanimité des membres du Conseil de sécurité une motion dans laquelle elle s’exprime explicitement en faveur d’un Etat palestinien.
Dans le sillage de cette avancée, les contacts et les engagements des parlementaires israéliens et palestiniens à la faveur des assises de Marrakech suscitent quelques lueurs d’espoir. La conscience mondiale incarnée par les représentants des peuples de la planète est capable, en tout cas, de provoquer le déclic suffisant pour rétablir les vertus du dialogue et de la concorde. Ce sera là le meilleur gage sur la prise de conscience collective de la nécessité d’opérer une vraie désescalade de la violence, seule à même de stopper les périls que Sharon et ses alter ego de tous bords veulent imposer à l’humanité comme une fatalité.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *