Cadrage : Le civisme d’un peuple

L’événement est grandiose et ne saurait avoir d’identique dans aucun pays arabe. C’est une vérité qui transcende les nationalités étroites et les frontières. Ils étaient, en effet, plus d’un million de manifestants, dans les rues de Rabat, ce dimanche 7 avril 2002, qui restera gravé dans la mémoire collective du peuple marocain, à brandir des posters du président palestinien assiégé et des banderoles confirmant leur soutien inconditionnel aux résistants palestiniens.
Défilant sur un parcours d’environ trois kilomètres, les participants à cet immense cortège, réuni à l’appel de l’Association marocaine de soutien à la lutte du peuple palestinien et relayé par l’ensemble des composantes socio -politiques du pays, n’ont pas cessé de dénoncer l’agression militaires israéliennes à l’encontre du peuple de Palestine et de son président, Yasser Arafet. Alors que l’ambassadeur de Palestine à Rabat, Abou Marwane, n’a pas manqué d’exalter, à cette occasion, «les positions de SM le Roi Mohammed VI soutenant la cause palestinienne » en annonçant que « le Maroc, roi, gouvernement et peuple, a toujours pris des positions honorables à l’égard de la cause palestinienne », dans certains médias , l’on a jugé préférable, de braquer les phares sur d’autres événements qui n’ont d’importance réelle dans de telles circonstances que lorsqu’elles sont vues à travers des lunettes particulières loin de l’objectivité exigée. «Les organisations islamistes marocaines, écrit l’AFP, dont l’influence Al Adl Wal Ihssan, ont fait, en tête du cortège et tout au long du défilé, une imposante démonstration de force ».
La Chaîne de télévision qatariote «Al Jazira», pour des raison échappant à toute logique panarabe, a estimé, pour sa part, que la marche de Rabat ne mérite, peut-être pas d’être inscrite à l’ordre du jour comme un événement important. Pourtant, «ici et maintenant », à Rabat en cette matinée du dimanche 7 avril 2002, comme le confirme le Premier ministre Abderrahman Youssoufi, « le peuple marocain a exprimé (…) avec force, à travers la marche de soutien à la Palestine, son unité et sa solidarité avec le peuple palestinien frère et sa direction, avec à sa tête Abou Ammar, devenu désormais le symbole de la résistance face à toutes les formes de terrorisme exercées en permanence par Israël sur le peuple Palestinien ».
Il s’agit, donc, d’un événement qui témoigne, une fois de plus, de la profondeur des sentiments de fraternité affichés à l’encontre du peuple palestinien et d’une vérité qui n’a plus besoin d’être vérifiée : devant les causes prioritaires de la Nation , les divergences s’éclipsent. Dans la marche de Rabat, comme nous l’avons vu et vécu, il n’y avait pas d’aspirations claniques ou partisanes. Toutes les sensibilités étaient présentes, comme un seul homme.
La marche était, bien entendu, précédée par des dizaines de manifestations à travers le royaume qui se sont distinguées par la maturité des manifestants et leur haut degré de conscience et de civisme.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *