Cadrage : Nuisances

Des dizaines de cas connus de blessures, parfois graves, sont occasionnés chaque année par des explosifs, sous prétexte d’une liesse aberrante et artificielle à l’occasion des fêtes religieuses de la nouvelle année hégirienne et des traditionnelles festivités de l’Achoura, dans la foulée. Des brûlures diverses, des atteintes graves aux yeux, aux mains, des lésions de l’ouie et différentes autres affections, touchant de plus en plus de monde.
Cette situation rend infernale, risquée et problématique toute forme de déplacement des gens dans les villes et les villages marocains, notamment des femmes et des jeunes collégiennes et lycéennes qui constituent la cible de prédilection pour des adolescents en bandes qui s’attroupent aux coins des ruelles et devant les établissements scolaires. Un véritable harcèlement accompagné de grands éclats de fou-rires, imbéciles et inconscients.
Des nuisances physiques, du tapage, des explosions de pétards de plus en plus dangereux, de plus en plus sophistiqués et, la surenchère entre les bandes aidant, on est désormais arrivé à la limite du seuil de tolérance d’un phénomène qui risque de dégénérer outrageusement s’il n’est pas sérieusement pris à bras le corps par les services et les mesures appropriés.
Car, comment en est-on arrivé à cet état des choses ? Une vieille réglementation sur les explosifs jamais mise à jour, une dilution des responsabilités entre diverses compétences, dédouanant finalement tout le monde, une appropriation du marché de l’explosif dit ludique par les tentaculaires circuits de la contrebande, une prolifération de sous-produits de contre-façon de plus en plus bon marché et de moins en moins sûrs et un laisser-aller généralisé et fataliste de la part de l’ensemble des instances à même de limiter les ravages du fléau.
Or, c’est de la santé, de la sécurité et de la tranquillité des citoyens qu’il s’agit. C’est aussi un impératif de gestion de la chose publique qui concerne tout le monde et en premier lieu les autorités compétentes en la matière. L’ensemble de la réglementation sur les explosifs est à revoir dans un sens plus restrictif et plus dissuasif. Le principal compartiment de cette oeuvre de salut public au sens littéral du terme est certainement celui de l’importation et de la commercialisation. C’est d’abord à ce niveau-là qu’il est tout à fait possible d’agir, le plus vite et le plus énergiquement possible. Ensuite, il faudrait encadrer sérieusement tout usage des explosifs, y compris à usage festif ou pyrotechnique, dans des endroits appropriés et sous le contrôle et la responsabilité d’un encadrement et d’une assistance adéquats. Enfin, l’ensemble de la filière éducative, de la famille à l’école et aux associations dédiées à l’éducation se doivent de se mobiliser pour attirer l’attention sur les dangers de la prolifération de ce fléau nuisible.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *