Casablanca : le cirque en attendant le festival

Casablanca : le cirque en attendant le festival

Certains élus de la ville de Casablanca se sont donnés lamentablement en spectacle, mardi 30 mai, lors de la conférence de presse dédiée à la prochaine édition du festival de la ville. Les membres de l’association Forum Casablanca, présidée par Meriem Bensalah Chaqroun, ont présenté en présence du wali du grand Casablanca, Mohamed Kebbaj, et du maire de la ville, Mohamed Sajid, le programme de la deuxième édition du Festival de Casablanca. La présentation des activités qui marqueront cette édition, qui se déroulera du 15 au 22 juillet, a été marquée par les protestations de certains élus de Casablanca présents au point de presse.  Après l’intervention des organisateurs, et au moment où les journalistes s’apprêtaient à poser leurs questions, quelqu’un a commencé à crier du fond de la salle. Cette réaction a d’abord surpris la majorité des assistants qui ont pensé qu’il s’agissait d’un citoyen qui se serait infiltré dans la salle pour faire entendre une réclamation aux autorités locales. Mais, la personne en question ne tarda pas à s’identifier: il s’agissait du président de la commission culturelle au Conseil de la ville, Mustapha Rahin. Un nom pas très connu de la majorité des journalistes présents, mais qui sera désormais retenu dans la mémoire de tous comme étant l’homme qui a fait du chahut au moment de la présentation du programme de la deuxième édition du Festival de Casablanca. Mais, l’homme n’est apparemment pas seul. Il dit s’exprimer au nom de tous les élus de la capitale économique. Les raisons de ses protestations : il n’aurait pas été  consulté avant l’élaboration dudit programme. Sous prétexte qu’ils ont été exclus de l’organisation de cet événement, les intéressés, emmenés par le président de la commission culturelle Mustapha Rahin, ont rué dans les brancards interpellant en des termes très peu corrects la présidente du festival Meriem Bensalah qui s’est investie avec brio pour la réussite de la première édition. Des édiles locaux qui chantent d’une voix débraillée un mauvais couplet de la démocratie locale à la marocaine. Cela est devenu monnaie courante.
«Nous n’acceptons pas le fait que nous ne soyons pas impliqués dans l’organisation de ce festival», cria-t-il à l’adresse des organisateurs. Et d’ajouter «nous ne comprenons pas pourquoi on nous écarte alors que nous sommes censés être les premiers concernés puisque nous représentons les citoyens de Casablanca».
À ces critiques, le wali du grand Casablanca, choqué par un langage au ras des pâquerettes, a répondu que ce n’était ni le moment ni l’endroit pour discuter de ce genre de revendications. «Je vous invite à régler ces problèmes avec Mohamed Sajid, le président du conseil, lors d’une de vos réunions», dit-il avec sérénité. Meriem Bensalah a tenu, malgré la furie alentour, à poursuivre avec courage sa rencontre avec les journalistes. Mais, elle a été indignée en voyant comment un élu lui demandait de se taire d’une manière grossière.
Devant cette provocation, le wali réitéra sa demande aux élus en question de discuter de leurs revendications avec le maire ultérieurement. Ils décidèrent alors de se retirer. Quant au maire Mohamed Sajid, il a appris à connaître son monde, opposition et majorité. Ce cirque qui se déroule sous ses yeux, ce n’est pas la première fois qu’il le voit. Pour pousser un président du conseil communal à lâcher du lest et à composer, rien de tel que de créer du grabuge sur une opération d’importance ou de bloquer le vote du compte administratif.


 Programme de la 2ème édition


La présidente du festival a passé en revue le bilan de l’édition précédente. «Ce sont près de deux millions de spectateurs qui ont assisté l’année dernière aux spectacles et autres activités», a t-elle indiqué.
Mme Bensalah a aussi révélé que les hôtels de Casablanca ont enregistré 714 nuitées et que 55014 repas ont été servis pendant la période du festival qui a été marquée par la participation de près de 500 artistes qui ont animé 40 concerts.
La présidente du festival avait ensuite donné la parole au conseiller artistique et responsable des animations, Hicham Abkari, qui a donné un aperçu sur le programme de l’édition 2006. Au menu, huit jours de fête, plus de quatre-vingt manifestations culturelles, quarante concerts, trente et un groupes, trois scènes à la Place Rachidi, au terrain de Sidi Bernoussi et à la corniche El Hank.
Dans la section musicale, vingt groupes marocains et onze formations étrangères se produiront lors de quarante concerts.
Dans le plateau artistique figurent des noms comme Akon, Younés Askoury, Najat Atabou, Babylon Circus, Mustapha Bakbou, Barry, Casa crew, Chebba Fadela, Daoudi, Dar Dmana, Fonky Family, Khaled et Samira Saïd pour ne citer que ceux-là. En plus des spectacles musicaux, vingt films seront projetés sur trois écrans: au parc de l’Ermitage, au terrain de foot de Sidi Moumen et enfin au cinéma Lynx qui propose deux séances par jour. « Les projections seront gratuites, il suffit de récupérer à l’avance les tickets d’entrée», explique Hicham Abkari.
Autre nouveauté, des sièges seront installés dans les scènes en plein air « pour assurer le confort aux spectateurs», ajoute le responsable des animations. À l’instar de la première édition, l’art urbain fait partie de la programmation.
Des plaques commémoratives seront installées dans toutes les ruelles de l’ancienne médina, pour rendre hommage aux personnages légendaires et certaines figures de proue de la culture marocaine. Il s’agit, entre autres, de Bouchaïb El Bidaoui, le Maréchal Kibou, M’fadel Lahrizi, Salim Lahlali et Fatema El Fihria.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *