Casablanca : Les kamikazes identifiés

Casablanca : Les kamikazes identifiés

Sa Majesté le Roi Mohammed VI s’est rendu, hier mercredi, au chevet des personnes blessées lors de l’explosion des bombes des trois kamikazes de Hay El Farah. Le Souverain s’est ainsi enquis de l’état de santé des blessés ayant été transférés à l’hôpital Lieutenant Mohmmed Bouafi et au CHU Ibn Rochd.
Auparavant, le Souverain avait adressé un message de condoléances à la famille de Mohamed Zindiba, l’inspecteur de police mort, mardi, lors de l’explosion de la bombe de Ayoub Raydi à Hay El Farah. Sa Majesté le Roi Mohammed VI a donné ses instructions pour entourer la famille du défunt de la plus haute sollicitude. Le Souverain a rendu un vibrant hommage à la famille de la Sûreté nationale et à son sens du devoir. Le Souverain a également adressé plusieurs messages de compassion aux victimes blessées lors des explosions de Hay El Farah et à leurs familles.
Les services de sécurité, dans le cadre des enquêtes préliminaires sur les événements de mardi dernier, sont parvenus à identifier l’identité des quatre terroristes qui avaient l’habitude de se réunir dans une maison louée, il y a deux mois, par l’un d’eux : Mohamed Rachidi.
Ainsi, l’on apprend que ce dernier, tout comme Mohamed Mantala, étaient recherchés depuis les attentats du 16 mai 2003 et avaient des liens avec plusieurs cellules terroristes dont celles de Youssef Addad. Mohamed Rachidi aurait en plus été impliqué dans le meurtre d’un élément de la Gendarmerie royale en 2003 à Casablanca. Les deux sont âgés, respectivement, de 32 et 37 ans.
Selon les mêmes sources, Saïd Belouad, qui s’était fait exploser en début de soirée de mardi, est âgé de 31 ans. Les milieux salafistes, contrairement aux deux premiers, ignorent tout de lui. Tout le contraire de Ayoub Raydi, le frère de Abdelfettah, kamikaze tué par sa bombe dans un cybercafé de Sidi Moumen, le 11 mars dernier. Depuis l’arrestation de son frère, Ayoub Raydi avait disparu dans la nature pour ne donner signe de vie, pour la dernière fois, que mardi pour se donner la mort et blesser mortellement l’inspecteur Mohamed Zindiba. A l’exception de Ayoub Raydi, les trois autres kamikazes avaient cela en commun qu’ils étaient recherchés depuis le 16 mai 2003, mais aussi en relation avec la cellule à l’origine de l’attentat du 11 mars dernier.
Selon les premiers éléments d’enquête, les explosifs utilisés par les quatre terroristes tués à Hay El Farah sont identiques à ceux ayant servi dans le cybercafé de Sidi Moumen et aux quantités saisies dans une chambre au quartier Moulay Rachid.
Des sources informées indiquent par ailleurs que Abdelaziz Raquich, le terroriste arrêté, le 23 mars dans un immeuble au quartier Anassi, avait fini par avouer l’emplacement d’explosifs semblables à ceux utilisés par Abdelfettah Raydi dont il était le voisin à Sidi Moumen.
Dans une déclaration à l’issue du Conseil de gouvernement, tenu hier, Nabil Benabdellah a indiqué que l’intervention des services de sécurité avait permis d’empêcher les terroristes de passer à des attaques contre leurs cibles. Le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement a ajouté que les quatre terroristes étaient liés à la cellule à l’origine de l’attentat du 11 mars dernier.

Obsèques du policier Mohamed Zindiba

Mohamed Zindiba, le policier qui a trouvé la mort, mardi après-midi dans le quartier El Fida, à la suite de l’explosion du terroriste Ayoub Raydi, sera inhumé aujourd’hui, à la mi-journée, au cimetière Achouhada, à Casablanca. Le regretté, 47 ans, avait succombé à ses blessures au moment de son transfert à l’hôpital. Contacté par «ALM», le frère du regretté, Mohamed Zindiba, a précisé que le défunt était marié mais n’avait pas d’enfants. Nos condoléances à la femme, aux parents, frères et à toute la famille Zindiba. 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *