Céréales : la région de Fès-Boulemane a produit 31% de la récolte

La production prévisionnelle des céréales de cette campagne agricole avoisinerait les 102 millions de quintaux. Grâce aux bonnes conditions climatiques dans la plupart des zones agricoles, l’Office national interprofessionnel des céréales et des légumineuses (ONICL) s’attend donc à une hausse de 99% de la production par rapport à la production de la campagne précédente et de 77 % par rapport à la moyenne des cinq dernières années.
Durant la deuxième semaine du mois d’août, la collecte des céréales a porté sur 777.000 quintaux constitués presque exclusivement de blé tendre, ce qui porte le volume collecté à presque 18,7 millions de quintaux. Selon toujours l’ONICL, ce volume est en augmentation de 61% par rapport à la moyenne quinquennale (2004-2008) et de 2% par rapport à la récolte 2006. 
Par région, Fès-Boulemane occupe la première place avec 31% de la collecte globale du blé tendre. En deuxième place, il y a la région de Doukkala-Abda avec 12 % suivie de Souss-Massa Draa, du Grand Casablanca, du Chaouia-Ouardigha et de Meknès-Tafilalet avec chacune 9%.
Les prémices d’une bonne campagne agricole ont été annoncées lors des deuxièmes Assises nationales de l’agriculture en avril dernier, à Meknès, par Aziz Akhannouch, ministre de l’Agriculture et de la Pêche maritime. «C’est une récolte record dans les annales de la production agricole», a-t-il estimé. Ces performances ont été rendues possibles grâce à une forte pluviométrie, en hausse de 69 % par rapport à la normale. Elles vont se traduire par des retombées positives sur l’amélioration du Produit intérieur brut (PIB), qui va connaître une augmentation substantielle. En parallèle, le gouvernement a pris une nouvelle mesure pour protéger les agriculteurs marocains de la concurrence internationale. Ainsi, les importations du blé tendre sont taxées à 135 % entre le 1er juin et le 31 décembre 2009, selon l’Administration des douanes et impôts indirects (ADII). Ce droit de douane devrait retrouver son taux de 50 % à partir du 1er janvier 2010. En plus de cette surtaxe, le gouvernement a mis en place cette année un système spécifique pour la commercialisation du blé. Sur le plan de la production, deux mesures essentielles ont été annoncées. Il s’agit de la fixation du prix référentiel qui sera de 270 dirhams par quintal, permettant ainsi aux agriculteurs de tirer profit de leur production de cette année. Ce prix dépasse, par ailleurs, celui perçu effectivement par les agriculteurs des pays exportateurs, selon le ministère de l’Economie et des Finances. De plus, une prime de magasinage sera octroyée, chaque quinzaine, aux commerçants et coopératives céréaliers à raison de 2 dirhams par quintal stocké.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *