Ces ministres voyageurs

Joindre l’utile à l’agréable ! Une mission à l’étranger est une occasion en or pour certains ministres de passer du bon temps. D’autant plus que ces vacances « volées » sont aux frais de la princesse et se passent soi-disant dans le cadre d’une mission professionnelle.
Une manière de camoufler des dépenses supplémentaires au moment où le Premier ministre a été clair et net : il faut économiser 250 millions de dirhams. C’est ainsi que Driss Jettou a commencé par balayer devant sa porte, voulant donner l’exemple à suivre pour l’ensemble des membres de son équipe.
Des voyages allers-retours le jour même, le Premier ministre en a fait des dizaines. Au hit-parade des ministres qui passent de longs séjours à l’étranger, figurent en bonne place Mohamed Achâari et Nezha Chekrouni.
En fait, le ministre de la Culture adore l’Espagne et tient personnellement à assister à ses différentes manifestations culturelles. Mais le voyage le plus exotique qu’a effectué Mohamed Achâari au cours de cette année reste sans conteste sa tournée en Amérique latine.
Du Mexique et du Brésil, il s’est rendu à l’autre bout de la planète, le Japon. Certes, le pays du soleil levant est une région à découvrir et à redécouvrir ! Et des visites au Vieux Continent, on n’en parle même pas. Nezha Chekrouni, quant à elle, remporte la palme d’or des ministres les plus connus dans les aéroports d’ici et d’ailleurs.
Il est vrai qu’elle est ministre déléguée auprès du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération chargée des Marocains résidant à l’étranger et que ces derniers sont essentiellement en Europe.
Proximité oblige, Nezha Chekrouni se déplace constamment dans ces pays européens. Mais sa dernière ingénieuse trouvaille est sa toute récente visite à Montreuil où elle a expliqué les tenants et les aboutissants de l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH). En plus des MRE, elle a trouvé ainsi une raison de plus pour voyager en France et à Navarre. Plus ingénieux encore est la récente visite de Mohamed Mohattane à Pékin. Le voyage chinois du secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Agriculture, du Développement rural et des Pêches maritimes, chargé du Développement rural a duré cinq journées. Pékin est une grande ville, et il faut prendre son temps pour connaître ses coins et recoins. 
Souvent à l’étranger, Mohamed Benaïssa est censé l’être de par sa fonction diplomatique. Le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération n’est pourtant pas de ceux qui font d’une pierre deux coups : profiter d’une cérémonie de signature de tel ou tel projet de partenariat ou d’une tout autre occasion pour bronzer et faire du shopping dans des destinations de rêve.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *