Ces produits qui tuent

C’est l’absorption d’un produit extrêmement dangereux, le Phostoxin, qui est à l’origine du drame de la jeune Fatima. Ce produit est utilisé comme un moyen chimique de protection des stocks de céréales.
Il s’agit en effet d’une substance solide, présentée en comprimés. Composé à base de phosphure d’aluminium, ce produit se propage sous forme gazeuse au contact de l’humidité de l’air ambiant. Ce gaz est une substance extrêmement nocive, capable d’anéantir la totalité des ravageurs des stocks s’il est correctement appliqué. Étant donné qu’il est également très toxique pour l’homme, son application ne doit être exécutée que par un personnel compétent. Son utilisation ainsi que sa commercialisation obéit en principe à des règles strictes. Il existe d’autres produits toxiques qui circulent d’une manière illégale sur le marché. C’est le cas de la paraphenylène- diamine (PPD), qui est un poison connu depuis plusieurs années. C’est un colorant employé dans l’industrie depuis un demi-siècle. Introduite au Maroc depuis 1970, elle a remplacé takaout locale.
L’intoxication par la PPD reste fréquente au Maroc et sa disponibilité commerciale est inquiétante. Ainsi, dans une étude réalisée à l’institut médico-légal du CHU Ibn Rochd en 2000 sur les cas de décès suite à une intoxication chimique, on a compté en 8 mois 32 cas de décès par intoxication dont 20 au PPD, 5 au phostoxin, 4 aux organophosphorés et 3 à l’HCL. Les manifestations cliniques de l’intoxication par la PPD sont multiples, allant de la détresse respiratoire aiguë, troubles neurologiques avec coma profond jusqu’au décès précoce en moins de 48 heures. Troublant.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *