CGEM : Benhamida contre Elalamy ?

CGEM : Benhamida contre Elalamy ?

Apparemment, Moulay Hafid Elalamy, patron du Groupe Saham  se prépare à présenter sa candidature pour succéder à Hassan Chami. Le fondateur du cabinet Agma Lahlou Tazi, «candidat à 1000%» selon des sources bien informées,  serait soutenu par les petites et moyennes entreprises et par un important pôle de grands groupes industriels et financiers. Les tractations ont été entamées depuis six mois. L’intéressé n’a pas encore franchi le pas.
Le dépôt officiel de sa  candidature n’interviendrait qu’après ce 3 mai, après son retour d’Italie où il fait partie d’une importante délégation comprenant de grands groupes économiques marocains ainsi que la Fédération des PME-PMI. Objectif de ce déplacement, inviter le patronat italien à investir le marché marocain et faire la promotion du Maroc moderne à travers le Plan émergence.
Dans les coulisses de la CGEM, l’on indique que Moulay Hafid Elalamy est un inconditionnel du plan Emergence. Une initiative qui aurait dû venir du patronat et non du gouvernement, a-t-il confié à un proche. «C’est un patron qui n’a ni hérité d’un groupe familial, ni travaillé dans l’administration, mais qui a forgé sa réputation sur le travail et sur des opérations spectaculaires comme l’introduction du groupe Agma Lahlou Tazi en Bourse, et le rachat de la CNIA », dit de lui un fervent supporter, convaincu que M. Elalamy, mettra à contribution son expérience pour inculquer à la Confédération patronale une nouvelle culture basée sur la «recherche d’opportunités». Fort de l’appui des PME-PMI et des grands groupes, Moulay Hafid Elalamy, n’est pas le seul candidat pressenti dans la course à la présidence à la CGEM.
Face à ce jeune de 45 ans, Bouchaïb Benhamida, bien adossé sur les 1500 adhérents que compte la Fédération des BTP et réconforté, il y a deux semaines, par le soutien d’un comité de Tanger, (voir ALM n° 1132 du 11 avril 2006) formé entre autres de Mohamed Charaf, opérateur dans le BTP à Kénitra, et Mouhsine Sifrioui, figure emblématique de l’industrie du carton et du papier, a de grandes chances de devenir le futur patron des patrons.
Joint depuis l’étranger, Bouchaïb Benhamida n’écarte pas l’éventualité de sa candidature, nous renvoyant à la date limite du 12 mai 2006. Pour le reste, la liste des candidats probables ou hésitants comprend plusieurs noms.
Bien qu’au menu d’intenses tractations, cette question de la candidature à la présidence de la CGEM n’a pas été la vedette lors de la réunion du bureau fédéral de la CGEM. Les amendements au Code du travail (signé par le même bureau), notamment certaines dispositions comme le droit de grève étaient au centre des discussions. Idem pour la nouvelle loi sur les droits d’auteurs.
Le Bureau dit s’étonner de l’absence de toute concertation réelle avec les professionnels sur une loi régissant «un secteur aussi important pour notre économie avec des implications civiles et pénales parfois extraterritoriales». Des critiques ont été aussi adressées au projet de loi sur les échanges électroniques de données, projet qui «ne correspond ni aux normes internationales reconnues ni aux principes de l’accord d’association avec l’Union européenne», argue le bureau de la CGEM qui  critique le peu de dialogue et d’écoute des professionnels par le gouvernement.
Autant de problèmes laissés en legs au futur successeur de Hassan Chami.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *