CGEM : Elalamy seul en lice

CGEM : Elalamy seul en lice

Il n’y aura qu’un seul candidat pour la succession de Hassan Chami, président de la CGEM dont le mandat arrive à expiration. Ce sera Moulay Hafid Elalamy.  Un homme des finances et des services succèdera  ainsi, sauf surprise,  à un industriel lors de l’assemblée générale du 30 juin 2006.
Soutenu par Miloud Chaâbi,  le  chairman du groupe Saham, qui jouit d’une grande sympathie auprès de PME-PMI et des grands groupes, voit pratiquement une route sans obstacles s’ouvrir devant lui. Tant pis pour ceux qui rêvaient d’empoignades et de campagnes électorales à grands renforts de débats et de programmes.
Pressenti un certain temps, Bouchaïb Benhamida, secondé par Jalil B. Taarji de la Fédération du tourisme,  a finalement renoncé à se porter candidat, malgré la pression de ses amis et de ses nombreux sympathisants.
Jusqu’à la veille et même au matin de la clôture du dépôt des candidatures, vendredi 12 mai 2006, le président de la Fédération nationale des BTP dit avoir eu plusieurs encouragements pour se porter candidat.
Mais, tranche-t-il, «je ne me présente pas, pour des raisons strictement personnelles». A un certain moment, M. Benhamida déclare avoir enregistré jusqu’à 750 signatures lui demandant de se présenter dans la course à la succession de M. Chami : «j’ai beaucoup réfléchi. Mes engagements personnels ne me permettent pas de briguer un mandat de trois ans. Il ne s’agit pas de calculs !».
N’empêche, M. Benhamida qui, à l’instar de tous les présidents des Fédérations (PME-PMI, FNBTP, Pêche, Tourisme, Textile et Habillement….) est automatiquement membre du prochain bureau, voudrait quand même jouer un rôle aux côtés du prochain président de la confédération patronale.
Pour le moment, il n’y aurait pas eu tellement de négociations entre M. Elalamy et Benhamida. A la question de savoir s’il va le soutenir le premier, le second répond à ALM: «ma popularité appartient à ceux qui m’ont demandé de me présenter », précisant toutefois qu’il y aura des «choses à clarifier » avec M. Elalamy. Celui-ci, qui comptera sur  le soutien des présidents de toutes les fédérations durant son mandat, proposera au prochain bureau les présidents de commission et les membres cooptés. A charge pour l’instance exécutive d’approuver ou de rejeter. Un concensus sur les affaires étrangères, les relations internationales et les relations avec les PME-PMI devrait être rapidement trouvé, précise un membre du bureau de la Fédération des petites et moyennes entreprises.
En attendant, Moulay Hafid Elalamy qui a convaincu le patron d’Ynna Holding de réintégrer les rangs de la CGEM, peut tranquillement peaufiner son programme triennal. Le large consensus fait autour de cet homme des Finances ressemble à une quasi-élection. A moins d’une surprise de dernière minute.


 Les commissions à pourvoir


Le successeur de Hassan Chami qui comptera  dans son bureau les présidents des différentes fédérations formant la confédération patronale,  devra faire agréer auprès des membres les présidents des commissions de la CGEM. Ces organes de réflexion et d’élaboration des propositions étudient les questions de nature horizontale. Elles sont au nombre de dix dont la  commission politique, droit de l’entreprise, fiscalité, compétitivité, entreprise et proximité sociale, entreprise et développement durable, entreprise et relations professionnelles…
Ces commissions sont à leur tour structurées  en plusieurs groupes de travail chargés de se pencher sur des aspects ponctuels ou stratégiques.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *