Classement mondial des NTIC : Le Maroc recule de douze places

L Direction des études et des prévisions financières (DEPF) a édité au titre du mois de septembre une étude sous le titre «Positionnement mondial et régional du Maroc en matière de technologies de l’information et de la communication». Aussi, selon la présente étude qui se base sur le Rapport du World Economic Forum ou le Forum économique mondial (FEM), le Maroc se positionne au 86ème rang parmi 134 pays. Cette position est en recul de 12 rangs par rapport au classement précédent. Comparé à de nombreux pays émergents, le Maroc est devancé par la Tunisie (38ème), le Chili (39ème), la Chine (46ème), l’Inde (54ème), la Turquie (61ème), le Mexique (67ème) et l’Egypte (76ème). Il est, par contre, mieux positionné que certains pays tels que l’Argentine (87ème) et l’Algérie (108ème). Le recul du classement du Maroc est dû à la dégradation de son score dans l’indicateur «Networked Readiness Index (NRI)». Ainsi, les trois principales composantes de l’indicateur global ont à leur tour reculé, à savoir «l’Environnement des TIC», le «Niveau de préparation» et «l’Usage des TIC». Au niveau de l’«Environnement des TIC», après de grands progrès de cet indicateur au cours des dernières années, le Maroc perd 7 places mondiales en 2009, passant de la 67ème à la 74ème. Même s’il est moyennement positionné mondialement au niveau de cette composante du NRI se positionne mieux que certains pays, comme le Mexique, l’Indonésie et l’Argentine, et se retrouve loin derrière d’autres pays tels que la Tunisie et l’Egypte.  La dégradation du positionnement du Maroc est liée essentiellement à celle enregistrée au niveau du «cadre politique et réglementaire» et de «l’infrastructure». Par rapport au «Niveau de préparation», le classement du Maroc a reculé plus pour se retrouver à un niveau moins avancé comparativement à la majorité des pays émergents ou à même niveau de développement. Le recul a concerné surtout les indicateurs de TIC relatifs au gouvernement et aux entreprises. En effet, le Royaume est classé faiblement pour ce qui est du e-gouvernement (113ème), de la priorité allouée par les autorités publiques aux TIC (111ème). Enfin, en matière d’ «Usage des TIC», reculant de 10 places en 2009, le Maroc se trouve par conséquent parmi les pays ayant un recours relativement faible aux technologies de l’information et de communication. Notre pays est largement devancé par ses concurrents en particulier ceux du pourtour méditerranéen (Tunisie 47ème, Turquie 54ème et Égypte 72ème). Le recul du Maroc incombe essentiellement au repli au niveau de la mise à disponibilité par le gouvernement d’informations, d’outils participatifs et de services en ligne de qualité et d’utilité.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *