Compensation : Restrictions sur l’exportation du sucre

Désormais, l’exportation du sucre sera soumise à une autorisation préalable. Mais aussi, les exportateurs devront rétrocéder la subvention accordée pour le sucre au profit de la Caisse de compensation.  Ainsi, selon un communiqué du ministère délégué auprès du Premier ministre chargé des Affaires économiques et générales, la première décision a été prise par le ministère du Commerce extérieur, et le ministère de l’Industrie, du Commerce et des Nouvelles technologies. Par contre, la deuxième décision émane conjointement du ministère des Affaires économiques et générales, de l’Économie et des Finances, et de celui de l’Industrie, du Commerce et des Nouvelles technologies. Aussi, les deux décisions visent à réglementer l’opération d’exportation du sucre après que le gouvernement ait constaté, dans le cadre de son suivi constant de la situation de l’approvisionnement du marché national en produits alimentaires, que des quantités importantes de sucre raffiné au Maroc sont exportées à des pays étrangers, souligne le communiqué. Il s’est avéré que les prix modérés appliqués au Maroc pour cette denrée vitale, par rapport à ceux pratiqués sur les marchés mondiaux, en raison du soutien accordé par la Caisse de compensation, sont mis à profit pour s’adonner à ce commerce. Ainsi, selon le communiqué, les deux décisions visent à faire cesser ces pratiques préjudiciables à l’économie nationale et prévenir toute rupture de l’équilibre entre l’offre et la demande sur le marché national de cette denrée. Dans ce sens, le gouvernement s’attachera scrupuleusement à l’application des dispositions de la loi sur la concurrence et les prix et agira avec rigueur contre la spéculation qui porte atteinte au pouvoir d’achat des citoyens, à l’économie nationale et à la concurrence loyale. «C’est une initiative louable et positive qu’a entrepris le gouvernement en vue de stabiliser le prix du sucre au Maroc et de réglementer sa commercialisation. Et c’est grâce à ces systèmes de régulation que nous avons réussi à faire face à la flambée du marché sucrier», a déclaré à ALM Mohamed Fikrat, président de la Fédération interprofessionnelle marocaine du sucre. Et de poursuivre : «Les deux mesures promulguées par le gouvernement  tendent à mettre un cadre légal à l’exportation du sucre. Ainsi, tout exportateur est appelé à demander une autorisation auprès des pouvoirs publics. Ces derniers vont gérer la modalité des exportations notamment de la quantité à exporter. De même l’exportateur est appelé à restituer une allocation à la Caisse de compensation. Cette marge est de 5 dirhams par kg. Cette démarche permet de maintenir le prix du kilo du sucre granulé aux alentours de 5 dirhams au moment où ce prix frôle les 10 à 15 dirhams par kg dans d’autres pays». En effet, le gouvernement intervient à travers la Caisse de compensation pour soutenir cette denrée vitale, par souci de préserver le pouvoir d’achat des citoyens. Le montant de ce soutien équivaut à 5 dh par kg de sucre.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *