Compétitivité : le Maroc moyennement noté

En matière de compétitivité, le Maroc a été très moyennement noté par les experts de McKinsey. Le Maroc a ainsi été jugé au milieu de treize pays divisés en trois groupes. Le premier, dit de compétition, comprend l’Algérie, la Tunisie, l’Egypte, la Jordanie, le Sénégal, la Turquie et la Roumanie. Le second, appelé groupe d’aspiration, comprend la Tchéquie, le Portugal et la Malaise. Pour leur part, l’Espagne et la Corée du Sud constituent le troisième groupe dit « World Class ».
Douze facteurs de compétitivité ont été pris en compte par cette étude dont la réalisation s’est basée sur les données déjà disponibles  au ministère du Commerce et de l’Industrie et les rapports annuels de l’Observatoire de compétitivité de l’économie marocaine. Il s’agit de la main-d’œuvre ouvrière, moyennement qualifiée et très qualifiée, le coût du capital, le coût de l’énergie, ainsi que celui des ressources naturelles hors énergie, le niveau de développement des technologies de l’information et des télécoms, la position logistique, l’accès douanier et commercial, les taxes et avantages fiscaux, l’existence de zones économiques spéciales, la qualité des services généraux, la nature du climat des affaires ainsi que la taille de l’économie. Et sur ces douze facteurs, le Maroc n’a pu obtenir que la moyenne, avec un petit bonus pour sa proximité des marchés européens et américains, ainsi que sur les ressources naturellement hors énergie. Le climat économique international, marqué par une mondialisation et une globalisation de plus en plus poussées, a également été pris en compte lors de la réalisation du benchmarking de la compétitivité de l’industrie nationale.
L’exemple de la délocalisation, processus contre lequel de nombreux opérateurs se sont élevés en Europe ainsi qu’aux Etats-Unis, a également été cité. Les tendances mondiales mis en exergue par le rapport McKinsey concerne également l’émergence de quatre grands pôles constituant le paysage compétitif du Maroc. Le premier groupe est constitué par l’Europe des quinze avec ses 388 millions d’habitants et leurs 10.234 MD$ de PIB. Le second bloc est celui des pays qui ont récemment fait leur adhésion à l’Union européenne avec 74 millions habitants et un PIB global atteignant 484 MD$. Le troisième groupe est celui des pays de l’Europe de l’Est et des pays du Sud de la Méditerranée alors que le quatrième groupe de compétition est constitué par les pays émergents d’Asie tels la Chine, l’Inde, l’Indonésie, le Vietnam, les Philippines, la Thaïlande et la Malaisie.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *