Comprendre l’autre

Le Maroc et les Marocains n’ont aucune raison d’être anti américains. C’est, en substance, le message de Adnan Debbagh, vice-président de la CGEM et président de la Fédération des PME. Ceci pour la simple raison que les deux pays ont une histoire «commune». «Nous avons une tradition historique d’ouverture et de tolérance. Quand l’Islam est venu au Maroc, il a été perçu comme une libération. Toute la tradition historique du Maroc enrichie par les influences des différentes cultures que le peuple marocain a côtoyées montre que nous sommes un peuple de tolérance et d’acceptation de l’autre», insiste M. Debbagh.
Pour ce dernier, le Maroc a été l’un des premiers pays à avoir reconnu l’Etat américain et, dans l’autre sens, les Marocains ont apprécié la position de l’Amérique vis-à-vis de l’indépendance du pays. Par ailleurs, les Marocains ont combattu avec les Américains lors de la Deuxième Guerre mondiale. « Nous avons donc une histoire, disons le, intime et commune », a conclu le pésident de la Fédération des PME.
Selon lui, « nous ne pouvons que marquer notre estime aux réalisations techniques, scientifiques et industrielles des Etats-Unis. Comme nous ne pouvons qu’être très intéressés par leur capacité à répandre une culture démocratique. Pour tout ceci, nous ne pouvons pas dire que le Maroc ou les Marocains sont anti américains».
Maintenant, est-ce que nous sommes pour l’attitude des gouvernants actuels de ce pays? La réponse est plutôt négative. « Le peuple marocain considère que le gouvernement des Etats-Unis n’a pas à s’ériger en gendarme du monde », souligne M. Debbagh. Leur grandeur devrait « les inciter à mieux accepter la culture de l’autre et le mode de vie de l’autre. Comme toute grande civilisation, il est plutôt question de travailler avec l’autre et non contre l’autre », précise-t-il.
Du point de vue économique, c’est un autre son de cloche qui est perceptible. Selon M. Debbagh, le Maroc est appelé à construire une zone de libre-échange avec ce pays. « Nous avons la conviction que cette zone sera un pas positif vers une compréhension commune et aussi la possibilité pour nos deux pays de mieux communiquer.», déclare-t-il.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *