Condamnation unanime de l’invasion

Leila Miyara, directrice d’une revue :Intrusion
Je ressens un sentiment d’une grande injustice, non pas en tant qu’arabe ou musulmane mais comme citoyenne du monde. Actuellement, la porte est grande ouverte à toute intrusion illégale et illicite dans les affaires d’un pays. Le monde n’a plus de limites. C’est désormais la loi de la jungle. L’humanité est revenue en arrière. On en est à se demander si les grandes avancées technologiques initiées par les USA servent le bonheur de l’humanité. C’est une régression réelle. C’est une transgression grave de la légalité internationale qui remet en cause l’ensemble du droit international.
Finalement, c’est le peuple irakien qui est et restera l’unique victime.
Je suis indigné par l’action militaire menée au nom de principes violés par leurs défenseurs.

Khalil El Idrissi, avocat : Tuerie
Je condamne cette attaque américano-britannique et je ne peux traduire que les sentiments d’un musulman et Arabe qui remarque cette invasion inhumaine et barbare contre l’Irak et ce sang des enfants, des femmes et de tous les civils qui coulent sans raison…Je considère personnellement cette tuerie comme un comportement qui dépasse toutes les valeurs humaines qui ne traduisent que la volonté des américano-britanniques à nager dans notre monde musulman et arabe comme Israël qui nage depuis des dizaines d’années dans le sang arabe…Pire encore, le monde musulman et arabe est très faible plus qu’auparavant…Jusqu’à quand acceptons-nous d’être humilié ? Pourquoi restons-nous à pleurer sans réagir ? Il nous faut une révolution contre notre passivité, contre toutes les valeurs et les politiques qui nous ont emmené à cet état…Nous assumons notre responsabilité de ce qui nous arrive, à ce qui arrive à notre monde arabe et musulman…  

Saâd Hassani, peintre : Condamnation

Je condamne avec la plus grande vigueur. C’est un chaos ! Depuis le commencement des frappes, je me sens complètement déboussolé. En plus, les médias ne nous aident pas beaucoup. Où distinguer le vrai du faux ? Où trouver la vérité ? Il n’y a de réel dans cette guerre que les morts. Les massacres au quotidien d’innocents ! La guerre, quelles qu’en soient les motivations, ne saurait justifier la mort de civils. La situation est de surcroît humiliante pour le bon sens.
C’est une insulte à l’intelligence humaine et un réquisitoire pour la méthode forte. En tant que peintre, il m’est difficile de continuer de travailler. Peindre me paraît innocent, à la limite futile, alors que les bombes pleuvent de toutes parts sur l’Irak. Il n’y a guère que la poésie qui peut dire l’horreur de ce que l’on ressent et opposer une clameur plus assourdissante aux fracas des obus.
Inégale  
L’invasion de l’Irak par les Etats-Unis et leurs alliés est illégale. C’est une guerre déclenchée sans l’aval des Nations unies et dont le peuple irakien est la plus grande victime. Difficile de subir une guerre où l’on ne se bat pas à armes égales. Malgré tout le courage des Irakiens, militaires et civils, ils ne peuvent faire face à la force de frappe de la coalition américano-britannique. Cette guerre vient ajouter de nouvelles souffrances au peuple irakien qui a déjà subi les affres d’un embargo depuis plus d’une dizaine d’années.
Pour cesser ce conflit, il faut absolument revenir à la légalité internationale. Il faut que les Nations unies prennent en main ce dossier et intimer aux forces de la coalition de respecter le droit international.

Abdessalam Hannat, dirigeant sportif : Inhumain
Le premier discours du président américain, George W. Bush a mis l’accent sur le traitement des prisonniers de guerre comme le stipule la convention de Genève. Avec la capture des premiers prisonniers américains et la diffusion de leurs images par les chaînes de télévision, c’est ce même discours qui refait surface.
Contrairement à ce discours officiel, les Etats-Unis sont en train d’appliquer les deux poids, deux mesure. En agressant l’Irak, parce qu’il s’agit bien d’agression et non de guerre, les Américains et leurs alliés ont bafoué les règles du droit international humanitaire. Ils ont méprisé un système juridique que la communauté internationale a mis plus d’une centaine d’années à mettre en place.

Noor, danseuse et actrice : Injuste
Il m’est impossible de me produire dans un spectacle sans évoquer la situation en Irak. Je ne le fais pas par devoir ou comme une espèce de tâche dont il faut s’acquitter pour avoir la conscience tranquille. Je le fais, parce que cette situation me dépasse et que je sens le besoin de partager ce que je sens avec les personnes qui se sont déplacées pour me voir danser. Hier pendant mon gala à Venise, j’ai commencé mon spectacle par une chorégraphie sur une chanson de Kadem Sahir. Les gens ont été très touchés par cette chorégraphie qui retrace la souffrance des enfants irakiens.
Indépendamment de la danse, c’est le sentiment d’injustice qui s’impose à moi chaque fois que je pense à l’insoutenable épreuve à laquelle est confronté le peuple irakien.
C’est pas juste de faire payer à des innocents les erreurs des autres. C’est pas juste de confondre dans les fracas des bombes le loup et l’agneau. C’est pas juste de prétendre libérer un peuple en le terrassant. C’est pas juste de tuer des femmes et des enfants ! Et c’est encore moins juste que le monde assiste en spectateur à ce que chacun de nous dénonce dans son for intérieur.

Latifa Jbabdi, société civile : Sophistiqué

Cette agression est un crime contre l’Humanité et une sorte de terrorisme d’Etat pratiqué à l’aide de moyens extrêmement sophistiqués, dans le but d’instaurer un colonialisme militaire qui ne diffère en rien de ceux qui l’ont précédé et que le monde a connus.
L’objectif de cette agression est clair et porte essentiellement sur la volonté de mettre la main sur les richesses irakiennes, en plus de l’effritement de l’Etat et la mise en place d’un régime docile au services des forces de l’occupation. Il s’agit également d’une recomposition du monde arabe qui doit répondre aux visées américaines et aux intérêts d’une poignée de producteurs de pétrole et d’armement.
Enfin, il est question de la mise en place d’un nouvel ordre mondial qui sera au-dessus de toutes les nations et les instances internationales. Mais là où le bat blesse c’est qu’alors que le peuple irakien fait face à ce génocide, les pays et les peuples arabes font preuve d’une faiblesse sans précédent. Une fois de plus, la Ligue arabe montre qu’elle n’a plus de raison d’être.

Mohamed Benhammou, politique : Malheurs

Il est clair que cette guerre est condamnable car elle est injuste, injustifiée et illégale. La guerre est toujours porteuse de malheur. Outre les malheureuses retombées sur les civiles, on voit que l’ordre international est menacé. Nous souhaitons que l’ordre international respecte la légalité et la suprématie du droit et qu’il ne se soumette à la loi du plus fort. La période actuelle est la plus critique, car l’après-guerre sera une phase cruciale sur tous les plans économique, social, etc. Il faut que toutes les forces vives dans ce monde conjuguent leurs efforts pour parer à la reproduction d’un tel phénomène. Pour que la raison et le respect de la légalité internationale l’emportent sur le reste. Nous ne sommes pas sortis de l’époque de la guerre froide pour nous retrouver dans une sorte de chaos international. Il faut que les Etats-Unis respectent le droit international et surtout la souveraineté des autres pays du monde. 

Ahmed Benjelloun, politique : Résister
Il n’y a rien à voir dans cette guerre. C’est une guerre d’agression manifeste qui ne repose sur aucune légitimité, ni aucun droit.
De toutes les façons, quelle qu’en soit l’issue, le peuple irakien continuera à résister et à tenir tête à ses agresseurs. Il est évident que les peuples n’accepteront jamais l’occupation de leurs territoires, leur asservissement et le pillage de leurs richesses.
Cette agression barbare et démesurée confirme, d’autre part, la volonté de l’impérialisme américain de dominer le monde et d’imposer à la planète sa pensée unique.
Aujourd’hui, c’est Seddam Hussein, demain c’est, probablement, quelqu’un d’autre même si ce dernier pourrait se retrouver à des milliers de kilomètres du Moyen-Orient.

Mohamed Benboubker : Scandaleux

L’agression américano-anglaise à l’encontre du peuple irakien est scandaleuse. Il s’agit d’une démonstration de force américaine au détriment de la légalité internationale. Même l’organisation internationale des nations unies est marginalisée dans cette guerre.
C’est aussi une guerre qui consolide la position de l’Etat d’Israel dans la région au détriment d’autres pays y compris la Syrie et l’Iran. Sur le plan économique, cette agression risque de déséquilibrer les rapports entre l’Europe et les USA.
Les Américains seront les premiers bénéficiaires des projets de reconstruction de l’Irak. Cet état de fait s’explique par l’effort de guerre qu’ils ont consenti.
L’économie marocaine n’est pas à l’abri de ces sursauts. Plusieurs secteurs ont subi l’effet du conflit au Proche-Orient.

Nouzha Skalli, député : Atroce

«Je crois qu’il a été suffisamment dit que ce qui se passe en Irak est une guerre illégale. En outre, il s’agit d’une guerre atroce au cours de laquelle le peuple irakien sans défense a payé et continue de payer le prix fort en vies humaines. Les scènes de mort et de destruction que l’ont voit tous les jours à la télévision sont insoutenables. C’est, enfin, une guerre qui est en elle-même un acte terroriste et contre laquelle je m’inscris avec beaucoup d’énergie. Par ailleurs, on peut se demander à quoi peut bien servir une instance internationale comme l’Organisation des Nations Unies, si un ou plusieurs pays décident, sans son aval, que tel ou tel pays doit être sanctionné. Un état de fait qui entérine malheureusement la loi du plus fort ». 

Rachid Slimi : Abattement

Le premier sentiment qui se dégage est celui de l’abattement. Abattement devant le drame humanitaire auquel on assiste et qui n’épargne personne, alors que ceux qui en sont la cause ne parlent que d’enjeux économiques. Sans se soucier des conséquences.  Des conséquences que personne ne maîtrise à l’heure actuelle. Mais l’on peut déjà se poser des questions sur ce que seraient l’économie et la géopolitique de demain. L’on peut aussi se poser la question sur le contexte «légal» international qui va régner. Mais une chose est désormais sûre, le fossé béant sur le plan culturel entre l’Occident et les musulmans de façon générale va se creuser davantage, avec tous les risques que cela comporte. Rien qu’à l’idée de vouloir trouver des réponses, l’on a d’ores et déjà peur de ce qui va suivre. 

Abraham Serfaty, politique : Risques
Cette agression contre le peuple irakien, je l’ai dénoncée dès le début. Il n’y a plus grand-chose à dire devant cette situation. La force militaire est en faveur des Etats-Unis. Les protestations affluent de toute part des quatre coins du monde. Le risque est gros que toute la région s’embrase suite à cette agression, car l’après-guerre est la période qui fait peur aux observateurs. On ne peut pas savoir à quoi cette situation va aboutir. L’injustice est établie dans les actes des agresseurs envers un pays affaibli par l’embargo. Il faut attendre maintenant pour voir comment la société internationale affrontera cette nouvelle donne. Toujours est-il que le grand perdant dans cette guerre est le peuple irakien que le destin a mis entre le marteau et l’enclume. 

Saîd Chikhaoui, universitaire : Brouillage
Cette guerre a brouillé les repères. A présent, on ne peut se référer ni au droit international ni à une morale ou une éthique, ni à des valeurs humaines. Les registres ne fonctionnent plus, parce qu’on essayant de les plaquer sur la réalité, on se heurte à une contradiction flagrante entre la signification des valeurs et leur traduction sur le terrain. Néanmoins, il y a deux sortes de résultats à déduire. Sur le terrain, les irakiens résistent comme ils peuvent mais leur défense ne saurait être infinie et sans limites. Sur ce plan, il n’y a pas à s’attendre à des miracles. En revanche, d’un autre côté, les Américains ont perdu la bataille politique et morale. Leur discours au sujet de la démocratie et des valeurs humaines passera désormais difficilement. On ne voit pas comment ils pourront encore cultiver leurs idéaux .

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *