Coulisses : Les projets de Raouf Sebbahi

Raouf Sebbahi compte également récidiver dans la réalisation à travers un téléfilm pour la Quatrième. «Ce film relate l’histoire d’un émigré voulant rentrer dans son pays natal », dit-il. Ce jeune réalisateur a tourné son premier court-métrage, à Salé, au début de cette année. «Ma ville, j’ai jamais vu», est l’histoire d’un jeune enfant non-voyant voulant découvrir le monde extérieur.

Deux courts-métrages, deux mentions
Le jury du court-métrage, présidé par la comédienne Sophia Hadi, a discerné deux mentions dans cette édition du Festival national du film. Ce jury a tenu à féliciter le réalisateur Hamid Faridi pour son « Histoire de bonnes femmes » et Amine Bennis pour « Casa by love ».  Le premier court-métrage est d’une durée de 13 minutes et traite du quotidien d’une femme victime  de violence, personnage campé par Dalila Driouich. S’agissant de «Casa by love », ce film relate l’histoire de plusieurs jeunes femmes dans six minutes. «Confessions de jeunes femmes mettant en évidence un certain nombre de mécanismes qui régissent la société marocaine avec ce qui peut y avoir de non-dit », relève-t-on dans le synopsis de ce film.

Hicham Hicham dans le train de la vie
L’année prochaine s’annonce de bon augure pour le jeune acteur Hicham Hicham. Il jouera dans deux téléfilms, l’un avec Mohamed El-Kaghat et l’autre avec Nour-Eddine Dougna. Pour le cinéma, c’est Nour-Eddine Lakhmari, le réalisateur du « Regard », qui fera appel à lui pour camper l’un des personnages de son prochain long-métrage. Au petit écran, Hicham Hicham donne rendez-vous aux téléspectateurs à travers une nouvelle sitcom qui sera diffusée sur la RTM, « Le train de la vie ». Dans cette manifestation cinématographique, ce jeune comédien a joué dans « Les ailes brisées » de Abdelmajid R’chich. Ce long-métrage est sorti bredouille de cette édition du Festival national du film. Hicham Hicham n’est autre que le frère de Rachid El-Ouali.

FNF de Tanger : accueil footballistique
A l’instar des grands matchs de championnat nationaux, la cérémonie de clôture de la huitième édition du Festival national du film a été acclamée d’un esprit footballistique. Dès la fin du spectacle de clôture qui a eu lieu samedi soir au cinéma Roxy, enfants, jeunes et adultes, ont scandé des slogans très footballistiques. Ils ont crié haut et fort leur joie de voir les stars de leurs écrans sortir devant eux et les saluer gentiment. Comme à l’habitué certains enfants n’hésitent pas à demander des autographes de leurs fans et chuchotent aux oreilles des acteurs des mots d’admirations. L’actrice Touria Aloui a assisté à ce genre d’accueil chaleureux et a accueilli d’un esprit sportif cette admiration. « ça me fait plaisir de voir ces jeunes enfants me demander des autographes».

Les coïncidences du FNF
Le 10 décembre 2005 est la date de la cérémonie de clôture de la huitième édition du Festival national du film à Tanger. Mais cette date a coïncidé avec un événement tout aussi important et qui n’est autre que la célébration de la journée mondiale des droits de l’Homme. Comme chaque année cette journée est célébrée dans le monde entier par l’organisation de manifestations en rapport avec le thème des droits de l’Homme. Le festival à sa manière-célébré cet événement avec l’octroi du prix du jury au film «Mémoire en détention » de Jilali Ferhati. Un film sur les années de plomb au Maroc. La présentatrice  Fatema Nouali qui a animé pendant une semaine les projections du huitième Festival national du film au cinéma Roxy a cité cette coïncidence : «aujourdhui, nous fêtons la journée mondiale des droits de l’Homme ».

Fouad Souiba : parrain du festival cinéma et immigration
L’ancien animateur télé Fouad Souiba n’a pas assisté au commencement du Festival national du film de Tanger. « J’avais des occupations ailleurs et malheureusement j’ai raté le début du festival ». En fait Fouad Souiba a participé à cette huitième édition du FNF avec son court métrage «Rêve d’enfant ». Cependant il a raté la projection de ce film. Fouad Souiba prépare avec les organisateurs la troisième édition du festival cinéma et immigration qui débutera mardi à Agadir. Il est le parrain de cette manifestation.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *