Création d’une instance pour le contrôle de la qualité des aliments

Dans un entretien accordé à la MAP, M. Idrissi, également chef du département de toxicologie et des recherches médico-légales à l’Institut National d’Hygiène (INH) a souligné que la création de cette instance aura un impact positif aussi bien sur le niveau de l’hygiène et de la sécurité alimentaires que sur l’image du Maroc à l’étranger.

Citant les parties intervenantes dans le domaine de la sécurité alimentaire, tel l’INH, les départements de l’agriculture, des pêches maritimes et de l’industrie ainsi que la direction du commerce intérieur, M. Idrissi a noté toutefois le manque de communication entre l’ensemble de ces intervenants.

M. Idrissi a également mis l’accent sur la nécessité que les efforts du Royaume pour accueillir 10 millions de touristes à l’horizon 2010 doivent être accompagnés par un programme national d’amélioration du niveau de la sécurité alimentaire, en vue de garantir le succès de la stratégie du Maroc en matière de tourisme.

A rappeler que le ministre de la Santé, M. Mohamed Cheikh Biadillah avait mis l’accent récemment sur le besoin incessant pour la création d’une agence pour le contrôle de la qualité et de la sécurité des produits alimentaires capable d’accompagner le dynamisme que connaît le Royaume.

Il avait également noté un progrès dans le travail mené par le ministère de l’Agriculture, du développement rural et des pêches maritimes en concertation avec les différents intervenants pour préparer les conditions organisationnelle, administrative et juridique en vue de la création d’une agence unifiée pour le contrôle de la qualité et la sécurité des produits alimentaires.

M. Biadillah avait en outre souligné que la création de cette agence jouera un rôle d’avant-garde dans la protection du consommateur et la garantie de la qualité des produits agricoles et industriels destinés aux marchés intérieur et extérieur, à l’instar de plusieurs modèles sur le plan international, citant l’exemple de l’agence américaine de l’alimentation et des médicaments dont la mission est d’assurer la prévention des consommateurs et la protection du marché des médicaments et des produits agricoles conformément aux normes scientifiques.

D’autre part, le Professeur Idrissi a rappelé que la majorité des cas d’intoxication alimentaire au Maroc durant l’été, sont dus aux repas préparés et consommés à l’extérieur, ajoutant que les statistiques disponibles ne reflètent pas le nombre réel des cas d’intoxication. Il a expliqué que le plus souvent, les autorités sanitaires ne sont pas informées de tous les cas.

Relevant que les intoxications enregistrées au Maroc, qui sont dues essentiellement à l’absence des conditions d’hygiène nécessaires, sont en constante hausse, le responsable a indiqué que le ministère de la santé déploie de grands efforts pour garantir la qualité des produits alimentaires, citant entre autres les examens de contrôle sanitaire des produits de façon régulière.

Il a dans ce sens précisé que 300.000 examens ont été effectués en 2005 en plus des visites effectuées par les services compétents chez 22.000 professionnels du secteur.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *