Décès de Mahjoub Benseddik : l’UMT rend un dernier hommage au fondateur du syndicalisme marocain

Décès de Mahjoub Benseddik : l’UMT rend un dernier hommage au
fondateur du syndicalisme marocain

Le cimetière Chouhada de Casablanca a accueilli hier la dépouille d’une des grandes figures de la scène syndicaliste au Maroc. Dans une ambiance de recueillement, se sont déroulées les funérailles de Mahjoub Benseddik, secrétaire général de l’Union marocaine du travail (UMT), qui s’est éteint vendredi soir dans un hôpital à Paris. En cette douloureuse circonstance, Sa Majesté le Roi Mohammed VI a adressé un message de condoléances et de compassion à la famille du défunt. «En cette douloureuse circonstance, Nous vous exprimons, et à travers vous à l’ensemble de sa petite famille, à ses proches et à toute sa grande famille syndicale, Nos condoléances les plus attristées et Notre compassion la plus sincère, priant Dieu d’avoir le défunt en Sa Sainte miséricorde, et de vous accorder patience et compassion», indique le message royal. «Nous nous remémorons avec considération la longue marche de militantisme du cher défunt, en tant que pionnier du mouvement national et syndical pour que le Maroc recouvre sa liberté et sa souveraineté ou en tant que l’un des dirigeants syndicaux les plus en vue durant l’ère de l’Indépendance, connus pour leur jalousie des valeurs sacrées et des constantes de la Nation et pour leur défense des causes sociales pendant plus d’un demi-siècle», ajoute le message royal. Décédé à l’âge de 88 ans, le défunt est le fondateur et chef historique du premier mouvement syndicaliste au Maroc. Dès le début des années 50, il n’a pas hésité à manifester son engagement social et son dévouement en faveur de la masse populaire. Il est en effet l’un des pionniers du syndicalisme populaire nationaliste. Le défunt a pu, grâce à sa forte personnalité et à son militantisme pendant plus de 40 ans, rester à la tête de l’UMT jusqu’à sa mort. L’absence de Benseddik laissera un grand vide dans les cœurs des syndicalistes et militants qui sont venus nombreux pour accompagner le défunt à sa dernière demeure.

 Bio express
Originaire de Meknès, Mahjoub Benseddik a commencé tôt le syndicalisme ouvrier dans la section de la CGT (chemins de fer) de sa ville natale. Le défunt adhère, également, au parti de l’Istiqlal qu’il a quitté en 1959 pour se consacrer à l’action syndicale. Arrêté, emprisonné par le protectorat, Mahjoub Benseddik s’impose comme l’un des dirigeants du mouvement ouvrier avant de devenir secrétaire général de l’Union marocaine du travail à la création de cette centrale syndicale le 20 mars 1955. Le 9 juin 1993, il a été élu à Genève délégué international titulaire au conseil d’administration du Bureau international du travail (BIT).

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *