Des dizaines milliers de jeunes espagnols exigent «Une vraie démocratie, maintenant !»

Des dizaines milliers de jeunes espagnols exigent «Une vraie démocratie, maintenant !»

Plusieurs dizaines milliers de jeunes espagnols ont installé un camp au cœur de Madrid sur la place « la Puerta del Sol » et pensent y rester jusqu’aux élections régionales et municipales qui auront lieu le dimanche 22 mai. Ils ont installé des tentes, mis en place un dispositif d’intendance, une cellule de communication, une autre pour recueillir les inscriptions, un système d’information sur les réseaux sociaux, etc. Bref, tout une logistique pour faire entendre leur voix revendiquant une seule chose : « Une vraie démocratie, maintenant ! ». Étonnant slogan dans un pays qui est considéré partout dans le monde comme l’un des exemples à suivre en matière de transition démocratique. Cela fait 33 ans que le Royaume d’Espagne s’est doté d’une nouvelle constitution basée sur le système de la monarchie parlementaire.  Mais, les jeunes espagnols, aujourd’hui, estiment que le jeu démocratique traditionnel ne satisfait plus leurs besoins et leurs ambitions. « Nous sommes otages d’un jeu politique où deux partis politiques se renvoient la balle entre eux lors des élections et rien ne change pour le peuple », explique un militant du mouvement sur twitter. Cette notion du « peuple face aux politiques » est récurrente dans la littérature qui commence à se construire autour de cette mouvance. Les manifestants scandent haut et fort « le peuple uni, ne sera jamais vaincu » (el pueblo unido, jamas sera vencido). Le mouvement de « La puerta del sol » appelle les Espagnols à « voter en blanc » lors des élections de dimanche prochain. « C’est ainsi que nous dirons aux politiciens que nous ne voulons plus une simulation de démocratie, mais une vraie égalité des chances », indique un militant sur la page facebook du mouvement.
Le printemps arabe n’est pas étranger à cette mouvance et à cette prise de conscience soudaine chez les jeunes espagnols dont  une grande partie se trouve au chômage à cause de la grave crise économique dont souffre la péninsule ibérique. Il est clair que la jeunesse arabe a donné l’exemple en matière de mobilisation aux manifestants de Madrid, et il est clair que les jeunes espagnols ne seront pas les derniers à s’en inspirer.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *