Des «parasites» à l enseignement

Des «parasites» à l enseignement

Il ressort de la liste que le ministre de l’éducation nationale vient de publier que des centaines de logements sont toujours occupés par d’anciens fonctionnaires. Ces derniers sont majoritairement des retraités du secteur de l’enseignement qui ont gardé les maisons de fonction même après la fin de leurs missions au ministère et donc leur départ en retraite.
La seconde catégorie des personnes concernées est formée par d’anciens fonctionnaires du ministère de l’éducation nationale qui ont choisi de quitter volontairement leurs postes dans le cadre de la grande opération de départ volontaire initiée par le gouvernement de Driss Jettou en 2005. Ces fonctionnaires ont quitté leurs postes mais ils ont préféré rester dans le logement de fonction qu’ils occupaient. Mais il faut préciser qu’un nombre assez considérable des propriétés du ministère de l’éducation nationale est habité par des personnes qui n’ont aucune relation professionnelle avec le département de l’enseignement. Le cas le plus frappant est celui d’une personne dans la province d’Errachidia qui occupe un logement de fonction sans avoir pour autant aucune fonction au sein du ministère. Par ailleurs, les listes font ressortir des cas de personnes travaillant dans d’autres ministères, notamment le ministère de l’intérieur et celui de la jeunesse et des sports et qui habitent dans les logements détenus par l’éducation nationale depuis des décennies. Dans ce sens, certains dossiers remontent aux années 50. Il faut préciser également que certains fonctionnaires occupent non seulement un seul logement mais plusieurs. C’est le cas à Fès où certaines personnes exploitent deux appartements.
A noter que la majorité des dossiers se trouve actuellement entre les mains de la justice. Celle-ci a déjà rendu son verdict dans pas mal d’affaires mais les jugements n’ont pas encore été exécutés. Certains «squatteurs» n’ont reçu pour le moment que des lettres d’avertissement.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *