Des portes-paroles du Maroc à l’étranger

Les Marocaines du monde font parler d’elles. Normal ! Actives comme elles sont, elles s’affirment chacune dans son domaine prouvant ainsi que l’émigration ne peut être un obstacle à l’épanouissement, mais plutôt le contraire. Des exemples ? Il y en a plusieurs au point qu’on ne peut les énumérer une à une, en ce 8 mars 2007. Alors un cas des plus récents : Najat Belkacem. Si ce nom ne vous dit rien, c’est que vous avez raté les informations les plus fraîches sur la course vers les présidentielles en France. Najat, la belle brune d’à peine 29 ans, vient d’être élue porte-parole de la candidate du Parti socialiste à l’élection présidentielle française, Ségolène Royal, aux côtés d’Arnaud Montebourg et Vincent Peillon, respectivement députés français et européen. Cette Marocaine est candidate du Parti socialiste pour les prochaines élections législatives de juin prochain à Lyon. Elle aura à affronter sur le ring des adversaires de droite plutôt costaux parmi lesquels figure Dominique Perben, le ministre du Transport français.
On décrit Najat comme étant « une jeune pousse pragmatique » et c’est une qualité qui lui va comme un gant. Sur son blog, elle appelle les choses par leur nom et fait de la sincérité son atout : «j’ai le sentiment d’avoir une profonde responsabilité à l’égard de ce que je dis, ou ne dis pas, en public.» Najat mène campagne et son blog sera son instrument de communication comme elle le souligne elle même sur son site. Quelques bribes de son agenda de travail, mais pas d’étalage intime. Si Najat tient son blog, c’est pour rester en contact avec le public et celui-ci ne se fait pas attendre. Ils ont été très nombreux à louer sa franchise et à lui dire : «courage et restez vous-même !»
C’est grâce à sa persévérance que Najat a escaladé la montagne de la politique. Après une enfance passée dans la banlieue d’Amiens (nord de la France), elle fait escale à Paris pour accomplir ses études politiques. Ensuite, elle se lance dans la politique municipale dans le cadre d’actions de renforcement de la démocratie de proximité, la lutte contre les discriminations et la promotion des droits des citoyens. Des actions qu’elle mène, depuis quatre ans, dans le cadre de son travail et aux côtés de Gérard Collomb, sénateur-maire de Lyon.
A présent, la carrière de Najat a tout pour aller de l’avant et plus rapidement qu’elle ne l’aurait pensé. Il est vrai que le fait qu’elle soit maghrébine et musulmane a certainement un rôle dans sa nomination, mais ce qui est sûr c’est que Najat le mérite amplement comme c’est le cas pour cette autre Marocaine, Rachida Dati, porte-parole du candidat UMP Nicolas Sarkozy. Rachida a un parcours qui force l’admiration. Décidée à tout, elle travaille de jour comme de nuit, tantôt aide-soignante, tantôt comptable avant de se lancer dans la magistrature. Elle devient en 1999 magistrat et c’est Simone Veil qui lui prête sa robe pour prêter serment. Rachida occupe alors le poste de juge à la Cour d’appel d’Amiens, puis celui de substitut du procureur au tribunal d’Evry.
C’est en 2002 que Nicolas Sarkozy fait appel à elle pour lui confier un dossier lourd : l’immigration. Rachida travaille plus précisément sur la « prévention de la délinquance » et en décembre dernier, elle s’inscrit à l’UMP.
Rachida et Najat, toutes les deux portes-paroles des deux principaux candidats aux présidentielles françaises, représentent avant tout le combat de la femme au sens le plus large. Elles se sont battues pour construire une carrière politique. Leur défi, elles l’ont relevé comme plusieurs autres femmes marocaines partout dans le monde. ALM vous rend un grand hommage, mesdames !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *