Des solutions spéciales pour le monde rural et agricole

La ville ocre du Royaume a eu l’honneur d’organiser le troisième Congrès international sur le financement rural et agricole, du 28 au 30 octobre, après la deuxième édition de Bangkok en 2007 et la première édition à Addis-Ababa en 2005. Placée sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI, cette rencontre d’envergure internationale a démarré ses travaux jeudi 28 octobre à Marrakech. L’objectif étant de mettre en avant le rôle majeur des institutions financières dédiées au financement agricole et rural. «Après le deuxième congrès qui a eu lieu à Bangkok en 2007, Marrakech abrite la troisième édition avec l’objectif de renforcer le programme de l’investissement rural et agricole. Ce congrès, abrité sur une terre marocaine, se veut une stratégie de relance pour le monde de l’agriculture et pour tout autre secteur», a déclaré Aziz Akhannouch, ministre de l’Agriculture et de la Pêche maritime, lors de la cérémonie d’ouverture à Marrakech. Et de poursuivre que «depuis deux ans, le Royaume à travers la stratégie du Plan Maroc Vert a pu relancer l’économie du secteur agricole. Cette politique a assuré la mise en valeur de l’ensemble du potentiel agricole du territoire». Pour sa part, Tarik Sijilmassi, président du directoire du Groupe Crédit Agricole, a estimé que «ce congrès est devenu un point de rencontre de la famille de l’agriculture et du monde rural. Nous sommes aujourd’hui là pour trouver des solutions aux problématiques majeures et contemporaines de l’agriculture et de son financement». Intervenant à cette occasion, Korn Chatikavanij, ministre des finances de la Thailande, a souligné que «le congrès de Marrakech permettra aux gens de mieux appréhender l’avenir dans le secteur rural et de l’agriculture». En effet, cette troisième édition constitue une opportunité de réflexion de la part des opérateurs du secteur des quatre coins du globe, en vue de mettre en évidence les synergies possibles et ce, à travers l’échange et la mutualisation des expériences des uns et des autres. Lors de cette première journée, des sessions ont été ouvertes pour examiner les problématiques inhérentes à l’évolution du système de financement agricole et rural, de réfléchir à son optimisation, tant sur l’aspect crédit que sur les services destinés aux termes d’accompagnement technique, de formation et de sensibilisation. Cette manifestation a accueilli plus de 300 participants, constitués de hauts dirigeants des institutions et organismes de financement dédiés au monde agricole et rural, des représentants des institutions financières internationales telles que la Banque mondiale, l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) , le Fonds international de développement agricole (FIDA) et la Confédération internationale du crédit agricole (CICA).

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *