Deux jours pour obtenir son Passeport

Le service des passeports de la préfecture de Casablanca-Anfa est sans doute l’un des plus importants du Maroc. « Il délivre, quotidiennement, pas moins de 200 passeports par jour », assure Mustapha Kadi, le responsable de ce service. La procédure s’étale sur 48 heures. Ce délai est respecté, même en période estivale, entre juillet et août, où la demande explose. C’est le cas également lors de la période du pèlerinage et de la Omra au mois de Ramadan. Le mois de septembre est aussi une période de forte affluence. Ce sont les étudiants qui sont le plus concernés. Dans le service des passeports, le travail est réglé comme dans une horloge. Si une pièce est déréglée, toute la machine tombe à l’eau. Tout commence par la réception des dossiers qui proviennent des arrondissements urbains. Chaque dossier est passé en revue et son numéro est inscrit dans les registres. Une demande d’enquête est alors rédigée et immédiatement envoyée à la police. Celle-ci répond le lendemain. Seconde étape : le contrôle des dossiers. Si une seule pièce manque, il est rejeté. Après cette vérification minutieuse, le dossier passe à la salle des ordinateurs pour saisie et pour une nouvelle vérification. C’est dans cette salle que les numéros des passeports volés, par exemple, sont supprimés. Même chose pour les passeports des personnes refoulées, essentiellement d’Europe. L’étape suivante consiste à confectionner le passeport. C’est le fameux calligraphe qui s’en occupe. Aujourd’hui, les préfectures du Maroc ont de moins en moins de calligraphes. C’est un métier qui rapporte beaucoup plus dans le privé que dans le secteur public. Faute de mieux, les préfectures se contentent d’un fonctionnaire qui a une lecture lisible. C’est dans la salle de confection que se trouve le stock des passeports, soigneusement enfermé dans un coffre-fort. « Dans la préfecture de Casablanca-Anfa, il ne peut y avoir moins de 500 passeports en stock », explique Mustapha Kadi. Dans la dernière livraison, ils ont reçu 5.000 passeports vierges, envoyés par le ministère de l’Intérieur. Celui-ci effectue un contrôle systématique. Les statistiques sont également envoyées, mensuellement, pour donner une meilleure visibilité au ministère. A titre d’exemple, pour le mois de juin dernier, la préfecture de Casablanca-Anfa a reçu 3335 dossiers. Elle en a remis 2857 à leurs demandeurs. Les 478 autres concernent les refoulements, les dossiers de perte ou de vol de passeports ou les mariages mixtes. Une fois le passeport confectionné et signé, il est envoyé à l’arrondissement urbain. A chaque étape, une trace écrite est conservée. En cas de problème, « la panne » est rapidement détectée. Toute l’opération n’aura pas duré plus de 48 heures. Toutefois, quand il s’agit d’un dossier de vol, de perte ou d’un mariage mixte, les délais peuvent atteindre plusieurs semaines. La raison est que le service envoie le dossier au ministère de l’Intérieur qui se charge de l’enquête. Quand le citoyen prend possession de son passeport, le travail n’est pas pour autant terminé. L’archivage est le plus important. C’est un véritable travail de fourmi. Chaque dossier est classé par numéro ou par type. Selon qu’il s’agisse d’un nouveau dossier ou d’un simple renouvellement de passeport.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *