Dialogue social : Les syndicats divergent sur les propositions du gouvernement

Un nouveau round de dialogue social s’est tenu, mercredi 11 novembre, à Rabat. L’heure est à l’examen des propositions du gouvernement. Lors de la précédente réunion tenue, mercredi 4 novembre, le gouvernement avait demandé un temps de réflexion aux revendications des syndicats. A l’issue de la réunion de mercredi dernier, le Premier ministre Abbas El Fassi a affirmé, dans une déclaration à la presse, que le débat entre les représentants des centrales syndicales et le gouvernement était positif. «Le débat était positif et s’est déroulé dans un climat de respect. Les propositions aussi bien des centrales syndicales que du gouvernement étaient positives», a affirmé le Premier ministre, ajoutant que les syndicats ont demandé de se concerter avec leurs bases pour les informer des propositions du gouvernement. Les réactions des centrales syndicales à l’issue de cette réunion divergent. Abderrahmane El Azzouzi, secrétaire général de la Fédération démocratique du travail (FDT), a affirmé que les propositions faites par le gouvernement sont en-deçà des attentes de sa centrale syndicale. «Lors de la réunion du mercredi avec le Premier ministre, nous avons été informés des propositions du gouvernement concernant les différentes revendications des centrales syndicales. Ce que le gouvernement nous a proposé était en déça des attentes. Nous demandons plus d’efforts de la part du gouvernement», a affirmé M. El Azzouzi. «L’évaluation définitive des résultats du dialogue social ne peut se faire maintenant parce que les réunions entre le gouvernement et les représentants des centrales syndicales sont toujours en cours», a-t-il nuancé. Le secrétaire national de l’Union marocaine du travail (UMT), Miloudi Mokharik, s’est déclaré relativement satisfait des résultats de la réunion de mercredi. «La réponse du gouvernement aux revendications des centrales syndicales contient des propositions satisfaisantes alors que d’autres ne sont pas à la hauteur des aspirations», a-t-il indiqué.  Il a relevé, par ailleurs, que le Premier ministre Abbas El Fassi a demandé que le dialogue reste ouvert en perspective de la tenue d’un nouveau round.
Le secrétaire général de l’Union générale du travail du Maroc (UGTM) a, pour sa part, appelé le gouvernement à se «pencher davantage sur le règlement des problèmes soulevés par les centrales syndicales». Le secrétaire général de l’Union nationale du travail au Maroc, Mohamed Yatim, a réitéré les revendications concernant notamment «la suppression des échelles de 1 à 4, l’indemnisation du travail dans le monde rural et les régions enclavées». Il a souligné qu’un nouveau round se tiendra pour détailler les revendications des centrales ainsi que la réponse du gouvernement. La Confédération démocratique du travail (CDT) continue, quant à elle, de faire cavalier seul. Les représentants de la centrale syndicale dirigée par Noubir Amaoui n’ont pas participé à la réunion tenue, mercredi, entre le gouvernement et les centrales syndicales. Il s’agit là d’une position constante que cette centrale syndicale adopte depuis l’année 2008.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *