Éditorial : Halte à la xénophobie

Sale temps pour les Marocains de l’étranger. Les attentats de Madrid du 12 mars où des ressortissants marocains sont des présumés coupables en attendant le verdict de la justice espagnole ont propulsé le Maroc en première ligne. Il est vrai que le pays, qui n’a de cesse de fournir des gages de modernité et de tolérance dans chaque réforme qu’il entreprend, n’avait pas besoin que son image soit associée surtout en ce moment à ces terribles événements. Mais il ne devrait pas être assimilé pour autant à une nation qui produit des terroristes. Car le terrorisme est un fléau mondial qui ne possède ni nationalité, ni terre, ni patrie. C’est un fléau arborant un visage hideux qui cherche à saper les fondements de la démocratie et de la modernité et à semer la zizanie et la chienlit.
Cette tragédie a suscité un vent de panique parmi la communauté marocaine vivant notamment en Europe. En effet, celle-ci vit dans la crainte d’actes de vengeance où se mêlent racisme et xénophobie. Elle redoute d’être considérée comme des parias bons à mépriser, à boycotter et à insulter. C’est ce danger qui guette aujourd’hui plusieurs milliers d’émigrés marocains dans le monde. La majorité d’entre eux sont pourtant des gens tolérants, modernes, sans histoires qui ne se reconnaissent nullement dans l’idéologie meurtrière instillée par les sicaires de Ben Laden. Les attentats de Madrid sont l’oeuvre d’individus sans foi ni loi.
Or, dans ce genre de situation dramatique, l’amalgame et les raccourcis ont tendance à prendre facilement le dessus sur le discernement et la tolérance. Les racistes peuvent profiter du fait que des Marocains soient suspectés d’être derrière le drame madrilène pour donner libre cours à leurs sentiments d’animosité et de haine. Souvenez-vous des événements d’El Éjido en 2000 en Espagne où des Marocains ont subi une orgie de violence de la part des habitants de cette localité.
Ce n’est pas parce que des citoyens marocains sont soupçonnés d’avoir perpétré les attaques de Madrid qu’il faut considérer tous les Marocains comme des terroristes en puissance. C’est cette confusion dangereuse qui risque de pénaliser les Marocains en général qu’ils soient installés chez eux ou à l’étranger.
Le Royaume lui-même et ses habitants, qui furent endeuillés par des attentats terroristes, sont engagés dans une lutte sans merci contre l’obscurantisme porté par les groupuscules de la Salafia Jehadia.
Un pays victime de la violence aveugle qu’il a subi de plein fouet dans la chair et l’âme ne peut que rejeter les pulsions obscurantistes et oeuvrer pour l’extirpation du mal de la racine. Le Maroc est un pays serein résolument engagé sur la voie difficile de la démocratie et du progrès, qui cherche à asseoir un modèle de développement qui lui ressemble. En un mot, le Maroc ne doit pas être réduit à une bande de fanatiques à l’image de Zougam C’est cette réalité qu’il faut faire parvenir au coeur de l’Espagne, en Europe, et partout où vivent des Marocains. Aux pouvoirs publics de trouver le moyen adéquat pour montrer au-delà des frontières le vrai visage du Maroc.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *