Éditorial : La vision Royale

Sa Majesté le Roi Mohammed VI a donné, vendredi 22 octobre à Fès, le coup d’envoi de la 7ème édition de la campagne de solidarité initiée par la Fondation Mohammed V, en présence d’un parterre de personnalités issues de divers horizons. Ce fut l’occasion de dresser un bilan des 6 campagnes précédentes à travers la projection d’un film institutionnel, de mesurer ainsi le chemin parcouru, celui qui reste à faire et de se projeter dans l’avenir en matière de lutte contre la pauvreté et l’exclusion, ces maux qui minent le tissu social marocain. “C’est une occasion pour créer une prise de conscience, afin de nous inciter à procéder à la correction nécessaire de notre vécu et de notre comportement à l’égard de cette situation à la lumière de ce que nous imposent notre culture religieuse, notre sentiment national et notre sensibilité humaine“. C’est en ces termes que le Souverain, alors Prince héritier, avait ouvert la première édition de la campagne de solidarité. C’était le 14 octobre 1998.
Nous sommes en 2004. Force est de constater, 6 ans après, que l’action sociale instaurée avec détermination par S.M le Roi a posé les jalons d’une nouvelle vision de la vie en société, qui s’est ancrée au fil du temps dans la réalité du pays.
Une semaine pour permettre aux donateurs, qu’ils soient personnes physiques ou morales, citoyens riches ou moins riches, de participer à cette culture de soutien aux plus démunis, ceux que la vie n’a pas favorisés comme les handicapés et les autres que les politiques successives suivies ont laissés au bord de la route. Il fallait bien que cette catégorie de la population, qui n’avait pas droit de cité par le passé, écrasée par le poids de plusieurs handicaps, livrée à elle-même sans aucune protection ni aide, puisse bénéficier de programmes intégrateurs en termes de scolarisation, d’infrastructures et de projets socioéconomiques où le Royaume a accumulé des déficits énormes. C’est ce travail-là, immense et de longue haleine, que le Souverain, sensible aux souffrances des petites gens des villes comme des campagnes, a entrepris par le biais de la Fondation Mohammed V.
La vie sans solidarité aurait été encore plus dure pour les laissés-pour-compte. L’approche royale, tournée vers l’avenir et basée sur le volontarisme, a ceci de très profond qu’elle oeuvre pour corriger les dysfonctionnements, sauvegarder la cohésion sociale et créer un élan de mobilisation permanente en faveur des populations en difficulté. Cependant, il faut que le gouvernement accompagne de son côté cette dynamique et fasse en sorte que les inégalités sociales ne se creusent pas davantage.
L’exécutif ne doit pas seulement tenir la comptabilité des nouveaux investissements et annoncer fièrement ce que ces derniers représentent en termes de postes d’emplois et de nombre d’heures de travail créés. Car pour quelques nouvelles entreprises créées combien mettent la clé sous le paillasson, générant l’on ne sait combien de nouveaux cas de précarité?

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *